Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    «GLOW CAMP» national : une expérience inédite pour 100 jeunes lycéennes

    «GLOW CAMP» national : une expérience inédite pour 100 jeunes lycéennes

    Elles ne rentreront pas bredouilles. Les quelque cent jeunes filles qui ont participé au « Girls leading our world camp » (Glow camp), qui a eu lieu durant cette semaine dans la capitale, ne vont par retourner les mains vides dans leurs lieux d’origine respectifs.

    Faire une différence dans sa communauté. Les participantes à ce «Glow camp», qui sera clôturé ce jour, visent à concrétiser ce défi, en tant qu’actrices à part entière de développement, une fois qu’ elles rentreront. Ce, en partageant et appliquant leurs acquis, au bénéfice de leur communauté, particulièrement aux jeunes filles de leur âge (14 à 16), issues des zones rurales des différentes régions. C’est d’ailleurs le but ultime de ce camp, qui a vu le jour grâce à l’initiative des volontaires du «Corps de la paix». Les activités menées à cette occasion, dans une ambiance ludique et conviviale, tournaient autour de six axes, à savoir, l’égalité des sexes, l’estime de soi, le leadership, la santé, l’aspiration et le bénévolat. Le Lycée moderne Ampefiloha (LMA), a été le théâtre de ces activités, depuis lundi jusqu’à ce jour. Hier, ces dernières se sont familiarisées avec la culture américaine à l’occasion d’une visite à l’American center à Tanjombato.

    Diary Ambinintsoa Randrianantenaina, une adolescente de 14 ans de la commune rurale de Vinaninkarena, dans le district d’Antsirabe II a souligné que «La formation en leadership va m’aider à assumer avec efficacité les attributions qui me sont confiées au sein de l’association de jeunes filles dans notre village».

    Une autre participante du même âge, Jessica Youssouf, originaire d’Ambovombe-Androy, compte focaliser ses interventions dans la sensibilisation de ses pairs sur la santé de la reproduction et la prévention VIH/Sida, conformément aux instructions de PSI Madagascar, figurant parmi les entités qui ont formé ces jeunes filles durant le «Glow camp».

    Grossesse précoce

    Les participantes de «Glow camp» ont été unanimes à reconnaitre que le phénomène de grossesse précoce constitue un problème pérenne qui porte atteinte à l’avenir de nombreuses jeunes filles et adolescentes dans le pays. Malheureusement, bon nombre de parents favorisent la pérennisation de ce mal social, en poussant directement ou indirectement leurs filles à se marier précocement.

    Diary Ambinintsoa Randrianantenaina, a témoigné, «Dans les villages rurales de Vinaninkarena, les filles n’ont pas droit à l’éducation dans la mesure où elles devront être préparées à être femmes au foyer. Une fois avoir atteint l’âge de puberté, une jeune fille est échangée contre un zébu à la famille de l’homme qui va l’épouser», a-t-elle confié. «Ambovombe-Androy n’échappe pas à cette réalité, où les fillettes se marient une fois avoir quitté les bancs de l’école», a appuyé Jessica Youssouf.

    Fahranarison

    Les commentaires sont fermées.