Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    CUA : l’ordre du jour controversé, adopté

    CUA : l’ordre du jour controversé, adopté

    Quatre organigrammes en huit mois, l’éclatement de la direction, ou encore la gestion des dettes, les conseillers municipaux enchaînent les critiques à l’égard de la direction de la CUA. Malgré tout, l’ordre du jour a été adopté.

    Trois ordres du jour ont été examinés durant la session extraordinaire de trois jours de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Et comme il fallait s’y attendre, tous ont été adoptés malgré l’opposition de certaines voix, dont celles des conseillères communales issues de l’opposition, à savoir, Lalatiana Rakotondrazafy, Véronique Rajerison et Lalatiana Ravolomanana. Et pour cause, « La mauvaise gestion des affaires de la commune, et par conséquent, de la ville », d’après cette dernière, jointe au téléphone hier. « La gestion de la commune ne devrait pas se faire dans le tâtonnement », a-t-elle insisté.

    Des modifications

    En effet, depuis l’élection de Lalao Ravalomanana à la tête de la commune, l’organigramme de la CUA a été quatre fois modifié. « Pour nous, il s’agit tout simplement d’un aveu d’incompétence », a poursuivi la conseillère municipale. Pour cette quatrième modification, la direction sera composée de 12 directeurs si elle était au nombre de 9 auparavant. Par conséquent, l’adjoint au maire en charge du programme 3P, Patrick Ramiaramanana, a été relevé de ces fonctions. Le nouvel organigramme a été adopté par 33 conseillers contre 14. Les deux autres ordres du jour étaient axés sur la rectification du budget, notamment à cause du nouvel organigramme, et de la mise en place d’une commission d’investigation pour gérer les dettes de la commune. Sauf que ce dernier n’a finalement pas été présenté.

    Tiko est dans la mêlée

    Dans tous les cas, une des résolutions prises lors de cette session extraordinaire est l’utilisation de la CUA du terrain du groupe Tiko à Anosipatrana, comme fourrière et à titre gratuit. Une décision qui a évidemment été contestée par l’opposition, d’autant plus que la délibération était précipitée, puisque la note était arrivée trente minutes avant la fin de la session. « Il semble que les décisions de la commune favorisent l’ancien chef de l’Etat, Marc Ravalomanana, en vue des prochaines échéances électorales », a déploré Lalatiana Ravololomanana.

     Cependant, le deuxième adjoint au maire, Julien Andriamorasata, a tenu à apporter  quelques précisions concernant la session extraordinaire de cette semaine. D’après lui, le budget de la commune commence à se stabiliser bien qu’il reste encore assez fragile. Pour y pallier, la commune procèdera à partir de cette année au recensement fiscal, en collaboration avec la direction des impôts. Concernant l’organigramme, Julien Andriamorasata a expliqué qu’il s’agissait d’une rectification et non d’un renouvellement.

    Tahina Navalona

    Les commentaires sont fermées.