Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Prudence

    Prudence

    Faut-il s’en inquiéter ou…pas ? Une ambassade pointe clairement du doigt deux institutions, dont une école, comme étant des viviers de terrorisme. Et pour cause, il semblerait que les deux entités seront liées à une personnalité à laquelle son pays tient pour responsable de coup d’Etat dans son pays. Les responsables auprès de ces deux institutions ont vite réagi en assurant que la justice sera saisie de cette affaire. Mais en attendant que… lumière soit faite, il serait toujours judicieux que le gouvernement apporte des éclaircissements sur un tel sujet car il en va de la sécurité de toute la population. Hélas, rien ne prédit que ce sera le cas.

    Cependant, au-delà des polémiques, il faudrait sérieusement prendre en considération ce phénomène dans le paramètre sécuritaire de notre pays. Car les évènements planétaires de ces derniers mois ont montré qu’aucun pays, quel qu’il soit, n’est désormais à l’abri des actes terroristes. Les puissances mondiales, les francophones, les anglophones, les chrétiens, les musulmans et même les animistes, …personne ne peut échapper à la terreur du fanatisme. Comme l’a dit récemment le pape François à son retour de la célébration de la Journée mondiale de la jeunesse, «Je crois qu’il y a presque toujours dans toutes les religions un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons».  C’est donc une évidence que  le terrorisme peut frapper n’importe où et n’importe comment.

    Pour nous autres Malgaches, la situation est toute autre. Jusqu’ici, les confessions religieuses n’affichent pas outre mesure leur foi en dépit des tapages hautement médiatiques de certains gens avides d’argent. Sauf que, dans les provinces, il semble que des institutions à vocation autre que religieuse fleurissent sans que l’Etat prenne des mesures nécessaires. Le cas de la surveillance de nos frontières est tout aussi inquiétant. En dehors des trafics en tout genre, en effet, des personnes et leurs « biens » circulent au nez et à la barbe des autorités responsables dans des localités du pays. Quand et comment, la question reste entière ?

    Dans trois mois, Madagascar accueillera le Sommet de la Francophonie, dont pas moins d’une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement seront présents, sans oublier les membres de leur délégation respective. Un terrain propice à des troubles et de tensions pour les fanatiques. Ayant vraisemblablement connaissance des enjeux d’une telle rencontre, les autorités ont peut-être déjà pris leur responsabilité. Mais il n’est pas inutile de rappeler qu’après les évènements du 26 juin dernier, la suite des enquêtes n’est toujours pas connue. La prudence est mère de sûreté, dit-on.

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.