Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Madagascar il y a 100 ans

    Cires végétales de Madagascar

    Le Musée colonial de Marseille a reçu plusieurs échantillons de cires végétales provenant de plantes du centre de Madagascar.

    Ces plantes productrices, toujours dépourvues de feuilles, croissent dans les bois secs du bassin de l’Ihosy ; ce sont deux euphorbes, l’Euphorbiaxylophylloides et l’Euphorbiastenoclada, et une Asclépiadée, le CynamchumMesseri. La cire forme un revêtement sur les tiges.

    Pour la récolter, on peut débiter la plante en petits tronçons, qu’on fait sécher, pour les battre ensuite sur un drap. La poussière qui se détache est jetée dans l’eau bouillante et on en recueille l’écume. Un pied donne, suivant l’espèce, 200 à 500 grammes de produit, et un ouvrier peut récolter dans sa journée 4 à 5 kilogrammes.

    L’envoi comportait assez de ces différentes cires pour les soumettre à l’analyse.

    M.Hébert, le chimiste bien connu pour ses recherches sur la composition de nos produits coloniaux, et dont la science déplore la mort récente, s’étaient chargé de cette étude et nos lecteurs peuvent en lire les résultats dans le Bulletin de l’Office Colonial.

    D’après ces analyses, les trois cires sont très voisines et se rapprochent des autres cires végétales connues, notamment des cires de Chine et du Japon, bien qu’elles contiennent une certaine quantité d’hydrocarbures comparable à celle contenue dans la cire d’abeilles. Toutes trois fondent à 88°, alors que la cire du Japon font entre 43° et 54°, et celle de Chine à 53°5, la cire d’abeilles jaune pure fondant à 63° ou 64°.

    Les méthodes ordinaires de blanchiment ne donneraient, pour ces trois cires, que des résultats peu satisfaisants ; on réussit au contraire avec les méthodes basées sur l’action des solvants neutres.

    Le Courrier colonial

    Exportations

    Il a été exporté de Tamatave pour la France par le Calédonien parti le 25 mai : graphites, 480 630 kilogrammes ; corindons, 120 301 kilogrammes ; urane, 114 kilogrammes ; conserves de viande, 45 006 kilogrammes ; girofles, 1 025 kilogrammes, haricots, 108 115 kilogrammes ; tabac à fumer, 6 601 kilogrammes ; charcuterie, 95 kilogrammes ; cire animale, 18 592 kilogrammes ; rabannes, 5 6354 kilogrammes.

    Les Annales coloniales

    www.bibliothequemalgache.com

    Les commentaires sont fermées.