Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Chronique : la psychose élevée en méthode

    Comme si la population n’avait pas fort à faire des difficultés quotidiennes : peine à survivre, peine à vivre d’inquiétude en raison du climat d’insécurité, pour qu’en prime on y sème des graines de psychose. Peut-être est-ce là la bonne formule pour détourner l’attention des gens afin de leur éviter de faire une fixation obsessionnelle sur leur cas aux horizons bouchés.

    Bien sûr que la menace terroriste n’épargne pas le pays, elle nécessite même que l’on y sensibilise la population. Le risque pas nouveau, des avis ont alerté depuis belle lurette. Il est heureux que les premiers responsables des forces armées, il y a six mois manifestant des attitudes bravaches, considèrent maintenant le problème avec davantage d’humilité. Boulette ou non, on doit merci à l’ambassadeur de Turquie pour avoir soulevé une polémique, mini scandale qui a permis de mettre les pendules à l’exactitude de l’actualité. Reste cependant à se garder de poser le problème à la façon turque, là-bas on mêle délibérément au terrorisme international le problème Kurde, du linge sale national. Le jihad actuel ne constitue certes pas une première de l’usage du goupillon et de l’épée pour des causes impérialistes, mais il innove du fait qu’il ne relève pas d’un Etat mais d’un groupe barbare. Il n’est pas innocent que Daesh s’autoproclame Etat, qualification même réduite à simple dénomination dont la communauté internationale lui dénie le port. Dans leur marche aveugle bafouant toutes les valeurs humaines, les jihadistes n’ont d’objectif qu’à déraciner foi et mode de vie non conformes au concept qu’ils préconisent, (incluant l’islam historique dans le lot qu’ils combattent). Sans résistance bien orchestrée par les Etats ils parviendraient à leurs fins même à l’intérieur des grandes puissances, ainsi la tenue 2016 de la plus grande braderie d’Europe, celle de Lille, a été annulée. En consolation une promesse de résurrection dans un nouvel habillage lors de l’édition 2017.

    Il serait criminel pour les petits bras à persister dans des jeux de touche-pipi à but politicien, soit en créant la panique par l’exploitation de la situation en argument, soit pire en entretenant un climat de terreur par en en faisant une arme provoquant des pertes de vies humaines.

    Léo Raz

     

    Les commentaires sont fermées.