Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Chronique : démocratie noyée

    Telle une chatte qui se perdrait à reconnaître ses petits, l’opinion peine à situer la majorité parmi les différentes majorités qui parasitent la vie publique. Dans le principe la majorité au sein de la représentation nationale sert de référence au système républicain. En considération des fluctuations de majorité à l’Assemblée Nationale, en violation des balises posées par la constitution, violation ayant même permis à un parti inexistant lors des élections législatives de constituer un groupe parlementaire, se fier au principe d’une primauté accordée à la majorité au sein de l’Assemblée reposerait le système sur des bases fictives. Exit ! Les majorités constituées par la suite au Sénat et dans l’ensemble des collectivités locales ne sont pas davantage explicitement fidèles à une volonté populaire. En raison du nombre réduit des grands électeurs il est plus facile d’influencer par des moyens que l’on sait, leur vote que d’acheter les suffrages des électeurs de base.

    A la faveur du brouillard actuel, les opposants, par le nombre d’organisations politiques, cultuelles, syndicales qui adhèrent à leur mouvement, trouvent raison à prétendre faire la majorité. Faux ! Réfutent les gens du pouvoir, en sous-entendant avoir acquis les voix des silencieux que l’on suppose former la vraie majorité de la population. Escroquerie ! Dans n’importe quel milieu, montent du public plus de manifestations de mécontentement et de déception que l’on peut entendre de satisfaction. Aucun moyen ne permet de déterminer une mesure opposable à tous comme seules le permettent des élections organisées dans des conditions crédibles.

    La démocratie base du régime s’est égarée dans la bataille des majorités où la vraie reste introuvable. Aux urnes, citoyens ! ? Solution bancale si l’on ne pose au préalable des clauses solides d’application, sauf à accepter la promesse de réapparition périodique de pareils désordres.

    Léo Raz

     

    Les commentaires sont fermées.