Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Last but not least

    Last but not least

    Finalement, le Code de la communication est la dernière loi que la Haute Cour Constitutionnelle examinera après tous les  textes qui lui sont parvenus ces derniers temps. Peut-être qu’il y a  des dessous politiques, comme on aimait bien le dire avec ironie dans le microcosme politique. Peut-être que non. Une chose est pourtant sûre, pour le moment, si les juges de la Constitution l’ont gardé en dernier, c’est parce qu’il n’est effectivement  pas le moindre : last but not least.

    Effectivement, ce fameux Code de la communication a fait couler beaucoup d’encre. Il a mis les professionnels de la presse en porte à faux avec les élus, notamment les députés et le président de la République. On pourra même dire qu’il s’agissait de la grande première dissension entre les parlementaires et les journalistes de toute l’histoire des deux derniers siècles dans le monde.  Tout simplement parce que l’institution qui se veut être le chantre  de la démocratie s’est mobilisée de toutes ses forces pour réprimer la liberté d’expression, donc la démocratie.

    Les revendications et les interpellations sont nombreuses quant à ce code qui va à l’encontre de la déclaration universelle des droits de l’Homme dont Madagascar est signataire. Les pressions devraient également être telles pour les juges constitutionnels malgaches, car il n’y a pas que la légalité, la neutralité et l’objectivité qu’ils doivent observer. Ils doivent se tourner vers la réalité, l’actualité et ne pas se contenter de ce qui se passe sur le sol malgache. En Europe, entre autres, où la Pologne est en train de subir d’importantes pressions  de la communauté européenne pour avoir adopté une loi jugée liberticide. Ils peuvent également évoquer la nécessité de veiller à l’unité nationale et à la stabilité politique, une belle preuve de patriotisme.

    En effet, les yeux se tournent alors vers la Haute Cour Constitutionnelle et particulièrement vers son Président, un ancien journaliste, un ancien membre de la société civile et non moins un grand juriste ayant toujours jouit de l’estimation de tous pour son intégrité, intelligence, honnêteté et impartialité. L’on attendra notamment de la décision de cette Cour le renvoi du Code à l’envoyeur pour un examen profond, et éventuellement une modification au niveau du parlement pour que le Code ne soit pas source de nouvelle crise dans le pays.

    Vavah R.

    Les commentaires sont fermées.