Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Lutte contre le trafic de drogues : le numéro 2 de l’ADSU à Madagascar

    La lutte contre le trafic de drogues montera assurément d’un cran après la visite à Madagascar du numéro 2 de l’Anti-drug and smuggling unit (ADSU). Arrivé à Madagascar vendredi dernier, il n’a quitté l’île qu’ avant-hier.

    Ayant duré cinq jours, le séjour a permis à ce haut responsable de la police mauricienne de faire un tour d’horizon avec ses homologues malgaches de la coopération dans cette lutte contre le trafic de stupéfiants.

    Sa visite a également été ponctuée de rencontres avec des responsables de la Brigade des stupéfiants de la gendarmerie et ceux du Service central de lutte contre l’abus de stupéfiants et de substances psychotropes (SCLASSP) et un responsable au sein de la Commission interministérielle de coordination

    de la lutte contre la drogue (CICLD).

    Renforcement des échanges

    Aucune information n’a filtré de cette série d’entretiens mais il est permis, sans marge d’erreurs, d’affirmer que le patron de l’ADSU a demandé la collaboration de la partie malgache. Il se trouve en effet que la plupart des drogues saisies dernièrement à La Réunion ou à Maurice proviennent de Madagascar et que l’île Maurice, avec l’Afrique du Sud, occupe la première place des pays qui consomment le plus de drogues dures, comme l’héroïne et la cocaïne.

    Le haut responsable de l’ADSU et ses homologues malgaches ont également abordé  les coopérations judiciaires entre les deux pays. Les échanges d’informations et de renseignements ne sont pas en reste.

    Notons au passage qu’une vedette rapide avec une cargaison de 42,6 kg d’héroïne, en provenance de Madagascar, a été interceptée à La Réunion, dans la nuit du 10 au 11 novembre 2016, la destination finale étant l’île Maurice.

    Plaque tournante ou pays de transit de drogues dures, Madagascar a aussi intérêt à travailler avec les autres pays de la zone afin de mener à bien cette lutte. Selon les dernières statistiques, une quarantaine de mules malgaches sont écrouées à Maurice.

    Mparany

    Les commentaires sont fermées.