Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Banque Centrale de Madagascar : 1,1 milliard de dollars de réserves en devises

    Banque Centrale de Madagascar : 1,1 milliard de dollars de réserves  en devises

    1,1 milliard de dollars constituent actuellement la réserve en devises au niveau de la Banque centrale de Madagascar (BCM). Cela équivaut à une hausse de 40% comparée aux réserves des deux dernières années.

    «La Banque centrale de Madagascar a enregistré 1,1 milliard de dollars actuellement contre 800 millions il y a deux ans de cela, soit une augmentation de 40% », a fait savoir Alain Hervé Rasolofondraibe, gouverneur de la BCM, lors de la présentation de vœux de cette institution financière samedi dernier à Lazaina Avaradrano.

    L’application de mesure transitoire pour le marché interbancaire de devises (Mid) comme la réglementation sur le rapatriement de devises ainsi que l’approbation de la Facilité élargie de crédit (Fec) par le Fonds monétaire international (FMI) sont entre autres cités comme ayant contribué à l’amélioration de la réserve en devises qui permettra en outre de couvrir nos importations. Pour cette institution, ces réserves en devises vont effectivement s’améliorer progressivement, grâce au développement des partenariats de la Grande île avec les partenaires techniques et financiers (PTF).

    Harmoniser politique monétaire et budgétaire

    L’atteinte d’une performance de ce genre fait toutefois soulever un défi majeur : l’harmonisation de la politique monétaire et la politique budgétaire dans l’optique de développement économique durable. D’un point de vue structurel, la coopération entre le ministère des Finances et la Banque centrale s’avère ainsi très importante et très impliquée.

    « C’est ce que nous avons fait, trouver la cohésion entre la politique monétaire par rapport à l’émission de liquidité d’une part, et la politique budgétaire par rapport à la gestion de la trésorerie du ministère des Finances d’autre part », a enchaîné le gouverneur.

    Un des sujets sur lequel travaille également la BCM est la coopération dans la préparation des négociations avec les PTF tels le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale ou encore les partenaires bilatéraux. « En effet, l’accord établi avec la FMI ouvre effectivement la voie pour tout autre accord de financement et de coopération. L’un des financements les plus importants est par exemple celui du gouvernement japonais dans le projet d’extension du port de Toamasina », a en outre expliqué Alain Hervé Rasolofondraibe.  Par ailleurs, Les fonds obtenus avec les PTF comme lors de la dernière Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI) permettront aussi de pousser les investissements publics, concernant notamment les infrastructures.

    Stabilité de l’ariary

    Et parlant du taux de l’ariary face aux devises de référence, le gouverneur a fait savoir que cela dépend de l’évolution de l’économie nationale. Si la forte dépréciation de l’ariary a été signalée par les économistes et les opérateurs privés ces deux dernières années, le gouverneur de la BCM a affirmé que la monnaie malgache se stabilise peu à peu. « La monnaie nationale a connu des fluctuations ces derniers temps mais cela s’est stabilisé à la fin de l’année,  période durant laquelle le taux s’est aligné avec celui de l’année précédente. Le taux de l’euro reste  inchangé et le dollar a connu une légère appréciation », a-t-il souligné.

    Quoi qu’il en soit, la BCM ambitionne toujours de concrétiser une vision pour le long terme. Raison de la mise en œuvre de son plan stratégique étalé sur une période de quatre ans, soit entre 2015 et 2019.

    Arh.

     

    Les commentaires sont fermées.