Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Omer Beriziky – Statut de l’opposition : « La HCC semble favoriser la fragilisation de l’opposition »

    Omer Beriziky – Statut de l’opposition : « La HCC semble favoriser  la fragilisation de l’opposition »

    Le verdict de la Haute cour constitutionnelle (HCC) sur le statut de l’ opposition concernant notamment le chef de l’opposition a suscité beaucoup de réactions dont la plupart ne sont pas en faveur de cette institution.

    «La décision de la HCC sur le chef de l’opposition semble être une fragilisation de l’opposition à Madagascar. L’Etat parle de démocratie mais ses actions actuelles sont tout à fait contraires à cela. Je pense qu’avec cette décision, la HCC et les dirigeants ne sont plus crédibles aux yeux des citoyens ». Une déclaration de l’ancien premier ministre Jean Omer Beriziky lors d’une intervention télévisée  durant le week-end. Ce politicien s’est dit très étonné de cette décision.

    Faisant suite aux différents actes du régime actuel, l’ancien chef du gouvernement du temps de la Transition reste pessimiste sur ce qui pourrait être la vision politique pour cette année.

    «L’espérance du peuple envers ce régime a disparu. Pourtant, cet espoir a été ranimé lors des Sommets internationaux qui se sont tenus au pays en 2016. Avec l’apparition des différents problèmes non résolus, les conflits sociaux comme les vindictes populaires, les catastrophes naturelles comme l’inondation ou encore la sécheresse qui menace la capitale et bon nombre de grandes villes, et surtout le délestage, le peuple n’a plus confiance aux dirigeants ».

    Aucune priorité

    Selon Jean Omer Beriziky, le régime actuel n’arrive plus à définir ses priorités et semble impuissant devant certaines situations. «Il ne joue plus la carte de la transparence. Ce régime déshabille Paul pour habiller Pierre, comme on dit. Les dirigeants essaient de délester une localité d’un bien pour solutionner le problème d’ une autre », a-t-il conclu, faisant ainsi référence au cas de Tsiazompaniry.

    Nadia

     

    Les commentaires sont fermées.