Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Madagascar il y a 100 ans : le R. P. Freydier (2)

    (Suite et fin.)

    Mais, à toutes ces qualités, il en joignait une autre non moins appréciable aux heures tragiques que nous vivons ; c’est celle du plus pur et du plus ardent patriotisme.

    Ainsi que le DelendaCarthago de l’antique roman, pas une de ses allocutions ne se terminait, si même elle ne traitait exclusivement cette question, sans rappeler les malheurs et les souffrances de la France, le dévouement et la vaillance de nos soldats qui sacrifient héroïquement leur vie pour le salut de la mère-patrie, c’est-à-dire pour notre salut à tous. Il insistait toujours auprès des mères de famille pour leur rappeler que leur devoir le plus sacré était d’envoyer leur fils au front, ajoutant qu’elles n’avaient point à se désoler puisque Dieu le voulait ainsi.

    En même temps, il rappelait avec insistance à ses auditeurs qu’ils avaient tous le devoir sacré de joindre leurs efforts à l’effort commun, soit en aidant de leur obole les œuvres de guerre, soit surtout en ne cassant de prier pour la France, pour la victoire finale. À cet effet, tous les jours, y compris fêtes et dimanches, le R. P. Freydier convoquait les fidèles à l’église paroissiale afin d’y prier en commun pour la mère-patrie, notamment par la récitation du chapelet qu’il ne laissait à personne d’autre que lui le soin de présider, à de rares exceptions près.

    C’est donc un ardent patriote en même temps qu’un saint missionnaire que Madagascar a perdu. Nos regrets n’en sont que doublement amers.

    En souvenir de lui, nous tâcherons de ne pas oublier les paroles par lesquelles il a terminé sa dernière allocution prononcée le dimanche même qui a précédé sa mort et qui sont comme son testament mystique : « Aimez-vous les uns et les autres. Aimez surtout les enfants et élevez-les avec soin, afin d’en faire de bons citoyens utiles à la France ! »

    Le R. P. Freydier était né le 30 janvier 1845 à Mont, canton de Tence (Haute-Loire). En octobre 1863, il est entré à la Cie de Jésus, où il a consacré une grande partie de sa vie au professorat, préparant les candidats aux écoles de Saint-Cyr et Polytechnique. Ordonné prêtre en 1877, il est venu à Tamatave en avril 1903, et y est resté jusqu’à sa mort, sauf un séjour de 3 ans à l’Île Bourbon.

    Le Tamatave

    www.bibliothequemalgache.com

    Les commentaires sont fermées.