Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Affaire Besalampy : la femme agressée évacuée à Mahajanga

    Affaire Besalampy  : la femme agressée évacuée à Mahajanga

    Quelques jours après l’émeute suivie d’une justice populaire ayant causé la mort de deux bandits, la situation est revenue à la normale dans le district de Besalampy.

    Nouveau rebondissement dans l’affaire de Besalampy. Moins de deux semaines après l’agression dont elle a été victime, la dame blessée dans la soirée du 19 janvier par un jeune de 20 ans est hors de danger. Evacuée d’urgence par bateau, elle se trouve actuellement au service de traumatologie de l’hôpital d’Androva à Mahajanga. Selon une source médicale, son pronostic vital n’est plus engagé.

    L’émeute et la vindicte populaire de Besalampy ont puisé leur source dans l’agression de cette femme, suivi du meurtre d’un père de famille. Arrêté par la police, un certain Avimana dit Lemena, le présumé auteur de ces actes a été placé en garde à vue au commissariat de Besalampy mais des proches des victimes ainsi que des membres du Dina sont venus en masse pour réclamer sa tête. Les négociations engagées ont permis d’apaiser la tension pendant un moment.

    Dans la nuit du 23 janvier, près de 2.000 personnes ont en effet pris d’assaut le bureau du commissariat de police en vue d’extraire Avimana de la chambre de sûreté. La foule a détruit le commissariat et tué le suspect. Elle a également agressé un autre bandit qui partageait la cellule avec le dénommé Avimana. Le bandit succombera plus tard à ses blessures.

    Des éléments de renfort à Besalampy

    Un calme relatif a été observé à Besalampy après cette émeute meurtrière. Selon des sources concordantes, l’on sait que d’autres policiers y ont été envoyés en renfort. Ils ont pour mission de prêter main-forte aux éléments sur place et mener en même temps une enquête sur l’affaire d’émeute.

    Mparany

    Les commentaires sont fermées.