Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Ni figue ni raisin

    Ni figue ni raisin

    Trois ans au pouvoir et sans cesse au centre de  vive s critiques, parfois sans état d’âme, le régime Rajaonarimampianina se défend corps et âme tout en roulant des mécaniques alors que le pays est carrément au bout du rouleau. Certes, tout le monde est responsable. Que chacun doit y mettre du sien et apporter sa contribution au développement du pays. Le patriotisme au service de la nation à n’importe quel prix.

    Que peut-on encore exiger de ce peuple désemparé qui au fil des années a été le seul à se sacrifier au péril même de sa vie pour mettre fin aux mainmises politiques, à la dictature et au monopole économique des élus ? Subir le délestage durant des années, constater au jour le jour la baisse inquiétante du pouvoir d’achat et d’ici peu, s’attendre à une nouvelle hausse du frais des transports en commun, le facteur déclenchant à coup sûr une inflation galopante. En un mot, la croix et la bannière, mais malgré tout,  on continue à faire endosser une part de responsabilité aux Malgaches.

    Normalement, après les révolutions menées ensemble, les batailles livrées et les guerres gagnées, tout cela devrait-être révolu laissant place à une bonne et meilleure gouvernance, à une transparence sans  faille et surtout à une alternance démocratique. Mais il se trouve que les choses ne sont pas toujours ce qu’elles sont en réalité.

    Après trois ans d’attente, les fonds destinés au financement du plan national du développement promis par les bailleurs restent au stade de protocole d’accord, de contrôle, d’observation et d’évaluation.  En matière de bilan, sur ce point important, autant dire que le régime est loin du compte. A défaut, l’Etat peaufine au mieux ses relations extérieures en quête de partenariats, mais à ce niveau également, rien n’est encore acquis et effectif. Chacun est responsable et devrait assumer  sa responsabilité.

    Andry Rabeson

     

    Les commentaires sont fermées.