Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Taxi-Be : hausse des frais ou compensation ?

    Taxi-Be : hausse des frais ou compensation ?

    Augmentation de tarif ou compensation. Les opérateurs réunis au sein de l’Union des coopératives des transporteurs urbains (UCTU) ont le choix entre ces deux options. Ceux qui s’obstinent à réviser le prix du ticket des taxi-be à la hausse ne bénéficieront pas ainsi de compensation.

    Des mesures sérieuses. L’Agence de transport terrestre (ATT) a son mot à dire par rapport à la décision inopportune de certaines coopératives desservant les lignes urbaines, relative à l’augmentation des frais de transport en commun à 500 ariary. Hier, lors d’une rencontre avec la presse à Ampasapito, le DG de l’ATT, le Col. Andry Rakotondrazaka, a indiqué que des dispositions strictes seront prises à l’encontre de celles qui osent appliquer une hausse de tarif, en dépit des mesures déjà prises par l’Etat d’amortir les charges, à travers l’octroi de compensation aux transporteurs.

    «Concernant les arriérés y afférents, ceux de 2015 sont déjà versés via mobile Banking dans les comptes respectifs des coopératives, ceux de 2016 ne tarderont pas à être entre les mains des bénéficiaires. Bien entendu, les coopératives qui révisent leur tarif à la hausse, seront rayées de la liste des bénéficiaires de la compensation», a souligné notre source.

    Jusqu’à l’heure, aucun avis officiel relatif à cette augmentation du ticket des bus, précisant la liste des coopératives qui vont suivre cette décision de l’UCTU, n’est parvenu à l’ATT. Un minimum de règlement que les transporteurs doivent respecter. Mais les moyens ne manquent pas au sein de l’ATT pour procéder à un contrôle sur terrain dans le dessein d’identifier les coopératives qui vont appliquer le tarif à  500 ariary à partir du 1er février.

    Irrespect des procédures 

    Le numéro un de l’ATT n’a pas mâché ses mots pour dénoncer certaines irrégularité, conformément aux textes régissant le transport public, en l’occurrence l’arrêté 2097. Ce texte stipule que toute application de nouveaux tarifs des frais de transport doit être portée à la connaissance des usagers, via des affichages à l’intérieur des véhicules, au moins 15 jours avant l’échéance fixée.  Ce n’est pas le cas cette fois. L’UCTU n’a point pris la peine de respecter ce délai en ayant décidé, hier, d’appliquer d’ici cinq jours, un tarif unique de 500 ariary.

    Fahranarison

     

    Les commentaires sont fermées.