Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Fetison Rakoto Andrianirina : « La République est de plus en plus discréditée »

    Ayant été absent de la scène politique depuis quelque temps, le président du parti Renouveau pour la démocratie sociale (RDS) Fetison Rakoto Andrianirina sort de son silence.

    *Les Nouvelles : Madagascar connaît ces derniers temps une recrudescence inquiétante des vindictes populaires. Quelle lecture en faites-vous ?

    -Fetison Rakoto Andrianirina : Je prends ces manifestations comme une expression et preuve même de la dégradation de l’autorité sous toutes ses formes. La République est de plus en plus discréditée. Le peuple n’a plus confiance à ce régime et pire encore, par ceux qui ont pour mission de le défendre. A cela s’ajoutent les problèmes sociaux endurés par la population au quotidien.

    *Quelles en sont les causes ?

    -La gouvernance du pays va à vau-l’eau et le navire Madagascar est en train de couler. L’on dénote par exemple un certain laxisme de la justice et des forces de l’ordre. Mais par-dessus tout, faut-il remettre en cause l’autorité de l’Etat. Il est urgent que le pouvoir en place s’affirme en mettant de l’ordre à tout cela.

    *2017 devrait d’être une année d’espoir  avec la relance économique financée entre autres par la CBI et le retour de Madagascar dans le concert des Nations. Sont-ils suffisants pour rassurer la population ?

    -Il est vrai qu’en politique, on a tendance à tout mélanger et de s’adonner à un effet d’annonce, loin des  actes et réformes concrets relatifs aux financements de la CBI. Difficile de savoir si le gouvernement arrivera à remplir les conditionnalités liées à ces accords. Combien de temps encore vont durer les différentes procédures ? En attendant, nos dirigeants ne semblent pas être dérangés par cette inflation galopante et généralisée. Dans tous les cas, la population paie toujours au prix fort.

    *Jirama et Air Madagascar constituent deux dossiers épineux de ce gouvernement. Quelle solution préconisez-vous ?

    – J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur ces dossiers. Il faut prendre beaucoup de précautions en vue de la privatisation de la Jirama et de la compagnie Air Madagascar. Le délestage et la coupure d’eau deviennent de sérieux problèmes pour les ménages et les entreprises. Qu’on le veuille ou non, l’assainissement au niveau de la Jirama, le renforcement du thermique à travers l’utilisation du fuel lourd à court terme en attendant l’entrée en production des centrales solaires et hydroélectriques et la prise en charge des mesures d’accompagnement en matière de prix du kWh, constituent des solution viables aux problèmes actuels de l’énergie. Il faut protéger notre capacité d’achat et de production d’énergie. Même cas pour Air Madagascar. Sans une bonne politique d’assainissement garantissant son indépendance en matière de gestion, le problème persistera encore.

    *Le Président de la République a déclaré que le peuple malgache n’est pas maudit..

    -Mauvaise communication du gouvernement à l’origine des psychoses sociales ? Ne vous étonnez pas de voir sur les étals le prix du riz affiché sans raison valable à 2.000 ariary le kilo. A situation exceptionnelle solution exceptionnelle. Les départements concernés doivent lancer des appels d’offres pour approvisionner la centrale d’achat de manière à gérer les stocks et à contenir les prix. On peut toujours exiger plus d’effort et de sacrifice aux Malgaches. Et ces efforts doivent être concertés et partagés.

    Recueillis par Nadia

    Les commentaires sont fermées.