Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Protection des végétaux : une nouvelle stratégie phytosanitaire en gestation

    Protection des végétaux  : une nouvelle stratégie phytosanitaire en gestation

    Madagascar a toujours été reconnue comme un pays avec un immense potentiel en matière de production agricole. Cependant, il figure dans la liste des « Pays à faible revenu et à déficit vivrier ». Ce paradoxe est lié dans une certaine mesure au déficit des instruments normatifs et institutionnels et à l’insuffisante exécution des programmes et politiques sur le terrain.

    Après presque 31 années d’application de la législation phytosanitaire, adoptée en 1986, Madagascar a initié la semaine dernière un atelier sur l’évaluation complète de ses capacités et la formulation d’une stratégie et d’une législation, conforme au droit international et aux défis liés aux contextes nationaux et mondiaux actuels.

    Ce projet, coordonné par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et financé par le Fonds de solidarité africain, se focalise sur trois volets d’action dont  l’application de l’outil d’évaluation des capacités phytosanitaires de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) qui aboutira à la création d’un cadre juridique modernisé et à la formulation d’une nouvelle stratégie phytosanitaire.

    Des nouvelles normes

    Datant de 1986, la loi phytosanitaire de Madagascar est maintenant dépassée par l’avènement de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 et la réforme de la Convention internationale pour la Protection des végétaux en 1997. Des nouvelles normes phytosanitaires, les seules qui soient reconnues par le droit du commerce international, ont également vu le jour.

    Aujourd’hui, Madagascar arrive à un tournant où les capacités phytosanitaires doivent être évaluées par rapport à ce dispositif international renouvelé. Cela constitue également pour Madagascar de bénéficier d’ouverture accrue sur les marchés sous-régionaux, régionaux et internationaux, améliorant ainsi le niveau de vie des agriculteurs.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.