Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Roland Vilella : « Le livre raconte une partie de l’histoire du pays »

    Roland Vilella : « Le livre raconte une partie de l’histoire du pays »

    De passage au pays actuellement, l’écrivain Roland Vilella continue de faire la promotion de son livre intitulé « La sentinelle de fer », sorti officiellement l’année dernière. Il animera une conférence à la librairie Mille Feuilles à Behoririka le 24 février prochain.

    «Le livre est disponible dans certaines librairies du pays ainsi que dans les rayons de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely» a-t-il ajouté. En effet, «La sentinelle de fer» ne parle pas qu’une simple histoire du bagne avec ses prisonniers dans la prison d’Anosilava, mais renferme aussi beaucoup de culture de certaines régions de Madagascar. «Le livre raconte une partie de l’histoire de Madagascar. Plusieurs personnes connues y ont effectué quelques passages, comme Rabemananjara ou encore les fameux bandits Bob et Carter», a-t-il raconté.

    Des histoires et des cultures

    Mais l’écrivain a surtout côtoyé un des grands bandits de l’île. Il s’appelle Albert Abolaza, un condamné à perpétuité. «Un jour, il a tenté de s’évader mais sa mère lui a déconseillé et il a décidé de rester au bagne. Quand les lecteurs lisent cette partie de l’histoire, surtout les étrangers, ils ne vont pas y croire. Au fait, une croyance malgache se cache derrière cette histoire. En effet, le livre n’attire pas seulement les étrangers car des Malgaches essaient aussi de se le procurer pour justement connaître ce côté mystique du livre. Il livre même quelques dossiers qui dataient de 1947…», a révélé l’écrivain.

    Par ailleurs, Roland Vilella livre aussi les côtés sombres du bagne. «Tous les ans, l’île enregistre un taux de 20% de mortalité par an. A part la torture des gardiens, les prisonniers meurent de faim, au sens propre du terme. Mais il a encore de l’espoir, c’est aussi cela la culture malgache», a-t-il continué.

    En tout cas, Roland Vilella est actuellement en plein travail pour son prochain livre. «Ecrire un livre demande beaucoup de temps et actuellement je me réserve pour la promotion de ce dernier», a-t-il conclu.

    Holy Danielle

    Les commentaires sont fermées.