Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv
    Logo Free News

    EDITO : Paranos et révisionnistes !

    Hery Rajaonarimampianina et son équipe ont-ils peur de leur ombre ou bien veulent-ils réécrire l’histoire et effacer des tablettes cet événement qui a pourtant contribué à les mettre sur orbite ? En effet, nul parmi tous ceux qui au sein de ce régime actuellement ne peut ignorer que c’est grâce au sacrifice des victimes du 7 février 2009 qu’ils sont à leur poste et bénéficient des avantages mirobolants de leur statut. Du Président de la République aux ministres, sans compter tous ces officiers supérieurs nommés aux différents postes de commandement de l’armée et de la gendarmerie, tous sans exception, sont redevables à ces morts sur la place d’Antaninarenina, devant le palais d’Ambohitsorohitra.

    Pourtant, sans aucun remord ni scrupule, ils veulent occulter ce moment en réduisant au minimum les commémorations y afférentes. Ils ont ainsi décrété que seulement 3 personnes par association, parti politique ou autre entité ont le droit de déposer des fleurs au pied de la plaque commémorative de cet événement. Nul ne s’étonnera si ce nombre se réduit comme peau de chagrin au fil des ans car assurément leur objectif est d’effacer de la mémoire collective cet épisode de l’histoire.

    Et bien entendu, leur paranoïa habituelle est le prétexte tout trouvé pour faire agir la force de répression car, selon la formule consacrée et rabâchée par l’officier supérieur de service à la tête de ces hommes en treillis « ces mesures ont été prises afin d’éviter tout débordement ».

    Certes, ils peuvent encore tout se permettre actuellement. Ils sont encore les vainqueurs et à ce titre ils peuvent écrire et réécrire l’histoire comme bon leur semble. Ils peuvent également tout se permettre, même mobiliser tout un bataillon, voire tout un régiment pour empêcher la population de commémorer la mémoire de leurs braves, mais cela n’empêchera pas que le souvenir de ces derniers restera à jamais gravé dans la mémoire collective.

    Par ailleurs, à force de crier au loup, ces paranos risquent de voir se concrétiser leur crainte à travers le soulèvement d’une population moribonde et excédée. Cela arrivera fatalement !

    N. Randria

    Les commentaires sont fermées.