Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Insuffisance de pluie : du riz pluvial dans les rizières

    Insuffisance de pluie  : du riz pluvial dans les rizières

    De source auprès du Centre de multiplication de semences, sis à Nanisana, des riziculteurs des Hautes terres se ruent actuellement à la culture du riz pluvial. Un genre de riz, cultivé sur terre ferme sans être immergé et qui dépend entièrement du régime de la pluie.

    «L’insuffisance d’irrigation d’eau dans nos rizières nous a poussés à opter cette décision», selon le témoignage d’un riziculteur du district d’Ankazobe, de la région Analamanga, qui est venu justement au centre pour acheter des semences de riz pluvial. Dans cette nouvelle pratique, le stade de repiquage est omis car on passe directement à la culture, la technique du «semi-direct» dans le jargon de la riziculture.

    Baisse de moitié de la vente de plants

    La vente des jeunes plants a considérablement baissé, à plus de la moitié cette année. «Si chaque année, nous écoulons environ 30 000 plants, pour la période 2016-2017 les ventes se sont chiffrées à 15 000 arbustes», a indiqué le responsable du Centre de multiplication de semences, Onjatiana Rakotondrafara.

    Une situation qui a sûrement des impacts sur le reboisement tant incité, sans parler des conséquences du changement climatique. Ce dernier de noter toutefois que les concurrents font foule actuellement. Parmi les dernières ventes réalisées, les plants de haie, du genre troène, ainsi que les plants fruitiers comme les pommiers, les orangers et les pêchers, sont les plus demandés ces derniers temps.

    Stabilité de la vente des semences potagères

    Le mois de février est le mois de préparation des ruraux à la culture d’intersaison ou «Voly avotra». Au vu des chiffres de vente des semences potagères, semblables à l’année dernière, on peut conclure que les paysans restent encore optimistes, malgré l’absence de pluie qui persiste. Le centre a réussi

    à écouler dans les 20 000 sachets, l’unité étant vendue à 500 Ar, durant la période 2015-2016.

    Sera R

     

    Les commentaires sont fermées.