Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv
    Logo Free News

    DELESTAGE ET INFLATION : Que le Premier ministre Olivier Mahafaly se sacrifie

    DELESTAGE ET INFLATION : Que le Premier ministre Olivier Mahafaly se sacrifie

    L’appel à des sacrifices lancé par le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana à l’endroit des Malgaches ne peut passer inaperçu. Il s’agit, rappelons-le, d’un appel à faire face à la situation actuelle consistant à « serrer la ceinture » et à « résoudre le problème de manière durable ». L’on entend ici par problème, le délestage. Mais on ne peut non plus se passer de l’inflation galopante qui affecte toutes les bourses.

    A l’heure où plus rien ne va, de l’électricité à la connexion internet, en passant par les difficultés de l’emploi, l’insécurité grandissante qui plane sur le sol malgache, la hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité, la corruption et le trafic de toutes sortes tarissant toutes les ressources du pays, on ne peut dire que les Malgaches ont assez fait des sacrifices. La population a déjà sacrifié beaucoup de chose.

    Jamais le kilo du riz n’a atteint un prix aussi élevé de 2 000 ariary dans le pays sans qu’on ait franchi la période de soudure. Les prix du carburant et du gaz n’ont jamais cessé de grimper ces derniers temps. En dépit des coupures fréquentes et de la très mauvaise qualité de l’eau, la facture de l’électricité et de l’eau est pratiquement salée. Tout le monde s’accorde à dire que la population n’a jamais connu une difficulté pareille, même durant la transition. Mais, personne n’a jamais osé bouger le petit doigt, faisant des sacrifices pour respecter l’état de droit.

    Malgré tout, l’on ne cesse d’évoquer les gabegies et affaires louches des dirigeants. Le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana, est le premier à en être concerné, à travers notamment les détournements de fonds sur les subventions des collectivités territoriales dans la région Haute Matsiatra, mais il n’a jamais été inquiété jusqu’ici, comme sa principale complice, Claudine Razaimamomnjy d’ailleurs. Rappelons également la loi que ses proches imposent au niveau du ministère de l’Intérieur ou encore son comportement indigne décrié par l’Observatoire de la vie publique (Sefafi) lors de la grand-messe des catholiques au stade de Mahamasina.

    Concernant le Premier ministre, la liste des affaires louches l’impliquant est longue. Il en est de même pour certains membres du gouvernement que nous ne tarderons certainement pas à dévoiler dans nos colonnes. Mais il y a aussi ceux des proches du Président de la République, ses fils et son frère concernant notamment les tentatives d’accaparement de terrain et les exploitations illicites des carrières minières.

    Le Premier ministre s’y accroche

    Actuellement, s’il reste encore des sacrifices à faire, ce sera certainement ceux des dirigeants, à commencer par celui du Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana. En fait, c’est surtout durant son administration, en tant que Premier ministre, que le pays a connu une telle dégringolade sur tous les plans, mais surtout économique et social. De plus, il a toujours été là, parmi les ministres inamovibles du régime Rajaonarimampianina qui est particulièrement marqué par l’endettement et l’appauvrissement du pays. Autrement dit, l’actuel Premier ministre fait partie des problèmes de ce pays.

    A l’heure où le remaniement est exigé par tous, y compris la Communauté internationale, pour pouvoir enfin changer les promesses de développement en une réalité vécue, l’on ne demande à Olivier Mahafaly Solonandrasana que montrer l’exemple et de se sacrifier, en abandonnant son poste, afin que des personnes plus intelligentes, compétentes, efficaces, aux comportements dignes redressent enfin le pays et non le faire plonger dans le gouffre de la pauvreté et l’obscurité. Malheureusement, il s’accroche à son poste et cherche par tous les moyens à y rester en mobilisant les journalistes thuriféraires du pouvoir à multiplier les communications en sa faveur.

    La Rédaction

    Les commentaires sont fermées.