Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv
    Logo Free News

    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Sept services publics dans le collimateur de « Rohi »

    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Sept services publics dans le collimateur de « Rohi »

    Ce service, souvent cité comme corrompu par pas mal d’usagers, figure parmi les cibles du projet Aika.

    L’Indice de Perception de Corruption (IPC) pour l’année 2016 présenté dernièrement par l’Ong Transparency International montre à quel point la corruption mine le secteur public et que la situation est alarmante.

    Transparency International a publié un rapport accablant sur le régime actuel le 25 janvier dernier au Café de la Gare à Soarano. L’IPC mesure, en effet, la perception de la corruption dans le secteur public des pays. La Grande île a, ainsi, obtenu la note de 26/100 points et elle se classe à la 145ème place sur 176 pays faisant partie du classement. Soit une perte de deux points et une chute de 22 places par rapport à l’année de 2015 (28/100 points et 123 /168 pays). Ceci dit, la situation est alarmante et inquiète les forces vives de la nation comme l’organisation de la société civile. A cet effet, le mouvement Rohi, une plateforme qui regroupe actuellement 101 associations œuvrant dans le domaine du développement, lance le projet Aika. Un projet financé par l’Union européenne et qui vise à lutter contre la corruption dans sept services publics. Il s’agit du service de la Douane, le service de passeport au niveau du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, le service Etat civil, le Centre Immatriculateur d’Ambohidahy (CIM), l’administration fiscale, les routes nationales n° 2 et n° 7. Le plan triennal de lutte contre la corruption, issu de la synthèse des recommandations des membres et qui tient compte de la stratégie nationale de lutte contre la corruption mise en œuvre par le Bureau indépendant anti Corruption (Bianco), servira de document de base pour le projet Aika. « Il est de la responsabilité de tout un chacun d’apporter sa contribution dans la lutte contre la corruption. Ces secteurs ont été choisis parmi tant d’autres puisqu’ils font surtout l’objet de plaintes des usagers », a précisé hier Fara Ramaroson, présidente du mouvement Rohi.

    Jusqu’où ?

    Néanmoins, face à la recrudescence des vindictes populaires ces derniers mois, beaucoup estiment que la Justice, un secteur public miné par la corruption, doit figurer parmi les secteurs visés par le projet Aika. En tout cas, l’on se pose la question: jusqu’où va aller cette initiative du mouvement Rohi et où mènera –t- elle ? D’ailleurs, ces services ne sont pas épargnés par des soupçons de corruption et pour d’autres, la corruption est flagrante. On tient également à préciser que la pratique de la corruption au niveau de l’administration n’est pas inconnue de tous. Pourtant, rien n’a été fait pour éradiquer ce fléau et les gros poissons aussi bien que les petits poissons semblent ne jamais être inquiétés. Il est, également, à souligner les dernières déclarations du Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana qui semble vouloir contredire le rapport de Transparency International en prônant les efforts du régime dans le combat contre la corruption.

    J.Raharisoa

    Les commentaires sont fermées.