Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Madagascar il y a 100 ans : séance de l’Académie malgache (4)

    (Suite et fin.)

    Sur les terrasses planes de la dépression d’Ankazobe, les affleurements rocheux manquent totalement : il en est ainsi, ce semble, sur tous les sols jadis couverts par les eaux ; la transformation latéritique les a atteints profondément. Par contre, dans les vallées actuelles, entaillées graduellement jusqu’à une profondeur de 30 à 35 mètres, à mesure que le niveau des eaux s’abaissait en aval, le gneiss apparaît par places : tel est le seuil rocheux d’Andriambikinina, qui semble avoir été jadis et est encore le principal obstacle à l’écoulement des eaux. Si le service de colonisation arrive à abaisser et à élargir ce seuil, qui retient les eaux et produit leur stagnation dans le fond des vallées actuelles, il aura supprimé une des causes principales de l’insalubrité relative de la région. Alors peut-être un jour viendra où la population, aujourd’hui fort clairsemée, se multipliera dans cette dépression d’Ankazobe, et ces terrains, qui semblent jouir d’une certaine fertilité, pourront se couvrir de cultures.

    Le secrétaire rend compte des documents reçus depuis la dernière séance. Il présente des fossiles envoyés par Rakotoarivony, instituteur officiel à Ankirihitra, et transmis par M. l’administrateur, chef de la province de Maevatanana ; une collection d’oiseaux et de mammifères faite dans la forêt tanala par les préparateurs du Musée et une importance collection d’insectes recueillie dans la région Antsihanaka par des indigènes opérant pour le compte de l’Académie.

    L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 18 heures.

    Bulletin

    de l’Académie malgache

    Les permis de recherche

    à Madagascar

    Par décret du 22 janvier 1917, publié au Journal officiel du 28, le permis de recherches n° 164, du 12 juillet 1913 (pour mines autres que les mines d’or, de métaux précieux et de pierres précieuses ayant donné lieu à la déclaration de bornage n° 4779) appartenant à la Société Cymrodorion dont le siège social est à Ambositra (Madagascar) est renouvelé pour un an, à compter du 12 juillet 1916.

    Le Courrier colonial

    www.bibliothequemalgache.com

     

    Les commentaires sont fermées.