Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Lutte contre la corruption : le Bianco fait appel à un expert étranger

    Lutte contre la corruption : le Bianco fait appel  à un expert étranger

    La corruption continue à sévir au pays malgré les stratégies élaborées pour la lutte contre ce fléau. Le résultat de l’indice de perception de la corruption à Madagascar qui a nettement régressé, ne fait que conforter ce constat.

    Pour parfaire sa stratégie et avoir des résultats palpables en vue d’atteindre les objectifs fixés par la stratégie nationale de la lutte contre la corruption (SNLCC), le bureau indépendant anti-corruption (Bianco) coopère maintenant avec le gouvernement allemand.

    Par le biais du projet de développement communal inclusif et décentralisation Prodecid du Giz, une convention a été signée hier à Ibis avec le Bianco afin de contribuer à l’amélioration de la gestion des finances communales, la qualité des services communaux, les structures nationales d’accompagnement aux collectivités territoriales à travers la promotion de la transparence et la lutte contre la corruption.

    Ainsi, à propos du suivi d’avancement dudit projet, le Giz et le Bianco ont décidé de faire appel à la compétence et aux expériences de Florian Schatz, un expert  international intégré, spécialiste en gouvernance et anti-corruption.

    «Cet expert travaillera durant deux ans au pays afin de coordonner et d’harmoniser les projets que le Bianco a entamés  concernant la prévention et l’éducation dans la lutte contre la corruption. En même temps, Florian Schatz aidera les experts nationaux à finaliser les projets en cours. Il fera office également d’interface entre le Bianco et les partenaires techniques et financiers», a expliqué le directeur général du Bianco Jean Louis Andriamifidy.

    Ce dernier de souligner que, «Ce n’est pas faute d’avoir des experts nationaux compétents et à la hauteur si le Bianco a recruté ce consultant, mais ses expériences dans les autres pays africains, européens et sud-américains aideront les experts nationaux en matière de lutte contre la corruption. Et il ne nous imposera aucunement sa façon de travailler».

    Pour une politique sectorielle

    Il faut savoir que le Bianco a adopté une politique sectorielle de prévention contre la corruption. «Cette politique consiste à mettre en place des dispositifs anti-corruption dans tous les domaines du secteur public, lesquels nécessitent des expériences assez développées pour mieux maîtriser les services contaminés par ce fléau. Ce dispositif servira à empêcher cette opportunité de corruption car chaque administration publique fera en sorte de combattre la corruption dans ses départements respectifs», a ajouté Jean Louis Andriamifidy.

    Bien évidemment, cette stratégie sectorielle concerne les collectivités décentralisées,  d’où l’entrée en lice du Prodecid dans le projet.

    «L’idée, c’est de chercher quelqu’un possédant des expériences internationales. Je crois que c’est dans l’intérêt de Madagascar et du Bianco et ainsi que des autres institutions engagées dans la lutte contre la corruption de s’inspirer de ces différentes démarches, de voir les différentes options qui existent dans le monde, des expériences positives et négatives», a signifié le directeur général de Prodecid, Florian Garcia, expliquant le choix de recruter un expert international.

    Le Dg du Bianco a fait savoir que c’est la Giz qui prend en charge la majorité des prestations de l’expert dont le contrat pourrait être renouvelé si le Bianco et la Giz pensent que cela est profitable aux deux parties.

    Nadia

     

    Les commentaires sont fermées.