Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Défiance

    Défiance

    Il ne manquait plus que ça. Deux agents de police viennent d’être lynchés à mort par une foule en colère à Befandriana nord. Certes, jusqu’ici, l’enquête est encore en cours pour déterminer la vérité autour de cette affaire. Mais il semblerait que les deux agents auraient extorqué de l’argent aux villageois, en échange de l’arrestation d’un individu. Les deux agents avaient cependant procédé à l’exécution d’une décision de  Justice, ce qui a conduit les villageois à s’en prendre à eux. En attendant que la lumière soit faite sur cette affaire, il est toutefois des faits qui méritent qu’on s’y attarde. Car cette histoire remet en question l’essence même de l’Etat de droit à Madagascar.

    C’est que, à priori, au pays du « Moramora », tout va de travers ces jours-ci. Si les forces de sécurité sont censées protéger la population, il semble de plus en plus étonnant que ce n’est plus le cas désormais. Au contraire, des faits tendent à démonter qu’il faudrait aussi se méfier des éléments des forces de l’ordre. L’affaire de Befandriana Nord s’ajoute d’ailleurs à une longue liste de défiance envers non seulement la justice, mais aussi  les forces de l’ordre dans plusieurs localités du pays depuis quelques temps. De Mandritsara à Mananjary, en passant par Maroantsetra et Mananara, les exemples sont nombreux.

    A cette allure, on court à la catastrophe. Tout le monde va se faire justice soi-même. Car, à force de se sentir lésée par les responsables étatiques, la population a recours à l’autodéfense et juge les présumés coupables en faisant fi de la légalité. Et dire que la Grande île est encore pacifique, si l’on en croit l’Indice de la paix mondiale. Voilà qui ne ressemble nullement, de loin, à la réalité. Certes, le pays n’est pas en guerre comme en Syrie, l’Irak ou encore le Soudan, mais pour ce qui est de la paix, c’est loin d’être rassurant.

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.