Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Ailleurs

    Ailleurs

    Pendant que l’éventuel changement de Constitution fait débat au pays, la Corée du Nord et les Etats-Unis rivalisent de joutes verbales. Et si une guerre éclatera, avec la participation de Madagascar ou pas, elle sera mondiale. Avec deux présidents atypiques à la tête d’un arsenal nucléaire, le monde risque de ne pas dormir tranquillement.  En effet, l’escalade verbale entre  Pyongyang et Washington vient de passer un cap de plus.  La Corée du Nord accuse Trump de lui avoir «déclaré la guerre». Pyongyang a réagi lundi aux récents propos de Donald Trump menaçant la Corée du Nord et se réserve le droit de riposter en abattant les avions bombardiers américains, même hors de son espace aérien.

    Le week-end dernier, dans une démonstration de force, les États-Unis ont fait voler des bombardiers stratégiques près des côtes nord-coréennes, afin, a précisé le Pentagone, d’envoyer un « message clair » à Pyongyang, à savoir : Washington a « de nombreuses options militaires » à sa disposition. Cette décision a aggravé la tension entre les deux pays, qui s’étaient échangés déjà toute la semaine des insultes et  des menaces, ces échanges verbaux, d’une violence rare, se sont passés à la tribune d’une institution censée garantir la paix et la sécurité dans le monde.

    Pendant ce temps, l’Europe va mal quand l’Allemagne trébuche. Dimanche soir, l’Allemagne  a d’abord signifié qu’elle bizarrement était de droite, ensuite qu’elle a plutôt un penchant pour le parti conservateur et enfin, qu’une partie non négligeable de ses électeurs était d’extrême droite. La Chancellière  Angela Merkel a été élue dans un paysage électoral allemand éparpillé, affaibli et choqué par   l’irruption en force de la droite radicale au Bundestag. Réélue pour un quatrième mandat, elle est confrontée à la radicalisation de la société et à l’usure de son pouvoir.

    Deux réalités, a priori sans relation, mais qui démontre toutefois que le monde avance sans attendre que la conscience collective de nous autres, Malgaches, se réveille de ses rêves.

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.