Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Gendarmerie nationale : trois mois pour améliorer la sécurité, sinon out!

    Le Général Girard Randriamahavalisoa, Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale (Seg) a été ferme, hier matin, dans ses déclarations durant l’ouverture officielle de la réunion annuelle des grands responsables (commandants de groupement et directeurs centraux) au sein de la gendarmerie nationale qui se déroule du 25 au 29 septembre au Toby Ratsimandrava. Dans une interview , il a lancé une sévère mise en garde. «Des mesures seront prises à l’encontre de tous les responsables qui ne parviennent pas à mener leur tâche d’une manière plus efficace dans un délai de 3 mois». Cette décision a été prise à la suite des constats plutôt négatifs sur l’insécurité que vive la population actuellement.

    Le Seg a affirmé que l’insécurité ternit l’image de l’administration. «En fait, ce n’est pas seulement un problème de moyens ou  d’effectif mais c’est aussi le comportement de certains gendarmes dans l’exécution de leur travail qui est à l’origine du problème» a-t-il déclaré. Afin de reconquérir la confiance de la population, un coup de balai au sein de la gendarmerie nationale est inévitable. Il a lancé un appel au Ministère de la justice et de la Sécurité publique à réserver des sanctions lourdes aux gendarmes qui sont impliqués dans des actes de banditisme. Cela pourra aider la gendarmerie nationale à redorer son blason.

    Les grandes lignes de l’événement

    Chaque année, la gendarmerie nationale effectue une réunion des grands responsables. Ces derniers effectuent une évaluation sur les perspectives fixées au début de l’année. D’après les explications, les grandes lignes de cette rencontre concernent surtout la recherche de solution pour combattre et réduire les attaques des dahalo, les attaques sur les routes nationales et dans les grandes villes, les kidnappings, les trafics d’armes, la corruption… Ainsi une  plus grande collaboration entre le ministère de l’Intérieur et celui de la Sécurité publique est vivement souhaitée.

    Ando Tsiresy

    Les commentaires sont fermées.