Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Chronique : en vérité, je vous le dis…

    En vérité, je vous le dis, nous avons de la chance. Nous avons la chance de ne pas vivre en Afghanistan ou au Pakistan où les crimes d’honneur détruisent la vie d’êtres humains dont le handicap est d’être nés femmes. Nous ne vivons pas en Scandinavie mais que nous soyons nés filles ou garçons, nous avons la chance de pouvoir aller dans les mêmes écoles et dans les mêmes classes. Le pays n’a pas à rougir du taux de scolarisation des filles dans le premier degré. Les chiffres nous placent dans le peloton de tête des pays d’Afrique subsaharienne.  Apprécions…

    Les femmes de Madagascar ont la chance de pouvoir envisager de servir leur pays dans un corps de l’armée et de pouvoir réaliser ce rêve si elles ont le courage de crever les plafonds de verre qui sont sans doute un peu plus nombreux qu’en Scandinavie. Elles peuvent aussi prêter serment comme Hippo-crate, soigner et guérir des enfants, des femmes et même des hommes sans qu’ils s’inquiètent du niveau de leurs compétences.

    Les femmes de Madagascar peuvent jouer à la pétanque et au basket-ball, pratiquer le judo ou les arts du cirque, monter sur les planches, danser la zumba, se teindre les cheveux en fuschia, s’essayer à la pole dance, conduire une voiture, une moto ou piloter un avion. Elles ont le droit d’ouvrir un compte en banque sans en demander l’autorisation à leur mari, à leur frère ou à leur père. Elles ont, bien entendu, le droit de payer des impôts comme leur père, leur frère et leur mari.

    En vérité je vous le dis, les femmes de Madagascar ont de la chance.

    Il leur manque toutefois une école des maris. Oui, une école des maris, inspirée de celles qui existent au Niger, au Mali ou en Côte d’Ivoire. Ils y apprendraient qu’il ne faut plus prendre à la lettre la recommandation des anciens qui rêvaient pour nous, dit-on, d’une prolifique descendance. Ils y apprendraient surtout que la contraception n’ouvre pas nécessairement les portes de la paillardise et de la luxure.

    Kemba Ranavela

     

    Les commentaires sont fermées.