Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Peste à Toamasina : le corps d’une défunte réclamé par sa famille

    Peste à Toamasina  : le corps d’une défunte réclamé par sa famille

    Deux nouveaux décès dus à la peste pulmonaire sont survenus, mardi, à Toamasina. La famille d’une des victimes, une sexagénaire, a fait un forcing pour récupérer le corps sans vie de cette dernière  alors que les règlements sanitaires en vigueur l’interdisent.

    L’Emmoreg a dû intervenir. Des membres de la famille d’une sexagénaire, ayant perdu la vie au sein de l’hôpital de Morafeno, dans la soirée d’avant-hier, ont semé le trouble sur les lieux. «Ce, après avoir appris qu’ils n’avaient pas le droit de toucher le corps de leur proche ni de l’inhumer dans leur caveau familial», a informé le directeur de Partenariat au sein du ministère de la Santé, le Dr. Hery Andrianjato.

    Une disposition appliquée depuis toujours pour les malades qui meurent des suites d’une peste, qu’elle soit bubonique ou pulmonaire, en vue d’éviter la propagation de  la maladie. «Un risque qui est valable lors des veillées funèbres, de l’enterrement et des prochaines ouvertures du tombeau concerné, dans la mesure où le virus pourrait y survivre encore plus longtemps, allant jusqu’à une dizaine d’années», a fait savoir notre source.

    Les explications des médecins n’ont pas été assez suffisantes pour que ces personnes renoncent à leur décision de ramener le corps de la défunte à sa demeure sise au quartier la Poudrette à Ambolomadinika et de l’enterrer à Ampasina Maningory, dans la région Analanjirofo. Il a fallu l’intervention des éléments des forces de l’ordre pour que la situation s’arrange. La défunte a pu être enterrée, hier matin vers 11h, par les autorités sanitaires.

    17 décès sur les 104 cas suspects

    A l’allure où vont les choses, il faut reconnaître que maîtriser la propagation de la peste devient de plus en plus difficile. Toujours dans la ville du Grand port, un autre patient est décédé dans la nuit d’avant-hier. «Ce cas ramène l’effectif des décès à 17 depuis le début de la saison pesteuse au mois d’août jusqu’à hier à 11h. Durant ce laps de temps, 104 cas suspects de peste pulmonaire et bubonique ont été enregistrés», selon le Dr. Hery Andrianjato.

    Le ministère de la Santé a convoqué une réunion d’urgence avec les partenaires techniques et financiers (PTF) ainsi que les responsables au sein du district d’Antananarivo, dans le dessein de voir les stratégies de lutte. Toujours dans le même objectif, le ministère de tutelle convie les professionnels des médias, les journalistes, les blogueurs et Facebookers à prendre part à une réunion d’échange technique autour de la peste, qui se déroulera, ce jour, à l’hôtel Colbert Antaninarenina.

    Fahranarison

    Les commentaires sont fermées.