Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Service financier : la monnaie à l’ère de la dématérialisation

    Service financier  : la monnaie à l’ère de la dématérialisation

    Développer le secteur financier à Madagascar à travers l’appui à l’inclusion financière et la dématérialisation de la monnaie, c’est dans ce sens que  la première édition du Salon Expofinance Madagascar a ouvert ses portes, hier, à l’hôtel Carlton Anosy.

    Un pas a été franchi concernant la dématérialisation de la monnaie à Madagascar, à travers l’adoption de la loi sur la monnaie électronique et les établissements de monnaie électronique en décembre 2016. Le secrétaire général du ministère des Finances et du budget a précisé à ce sujet que «le décret d’application a été adopté en Conseil du gouvernement, mardi dernier». Ce responsable de poursuivre également qu’«une nouvelle loi sur la microfinance est en gestation en ce moment».

    Une vingtaine d’acteurs dans le secteur financier, notamment les banques, les services de mobile banking, les établissements de capital risque ou encore les départements ministériels sont présents à cette rencontre qui prend fin ce jour.

     «La dématérialisation de la monnaie est devenue indispensable dans le contexte qui prévaut actuellement. Si ce n’est que pour la sécurité car la circulation des espèces se fait essentiellement dans le système informel. Ce qui présente d’importants impacts sur l’économie du pays», a avancé Nirianja Ralison, un des organisateurs de ce salon. Et d’après les chiffres d’une banque commerciale œuvrant dans le pays, la monnaie fiduciaire constitue encore les 48% de la masse monétaire à Madagascar

    Réticence

    Pour rappel, 32% des ménages malgaches ont recours aux services de microfinance, actuellement, selon les chiffres de la CNFI. Pour dire que la réticence des ménages malgaches à intégrer les services financiers en dépit des avantages que cela représente, est toujours constatée au pays.

    Un long chemin reste encore à faire pour l’inclusion financière à Madagascar. Les dernières enquêtes menées dans ce domaine montrent que 41% de la population adulte malgache n’a accès à aucun service financier, entre autres, le crédit, l’épargne, l’assurance, le paiement…

    D’après Tiana Ramaparany Ramanarivosoa, coordonateur national de finance inclusive, «La réticence à intégrer les services financiers vient surtout de la méconnaissance. Il se trouve également que les offres proposées ne sont pas adaptées à la réalité, surtout en milieu rural».

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.