Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Propagation de la peste : l’exécutif et la CUA s’accusent mutuellement

    Propagation de la peste : l’exécutif et la CUA s’accusent mutuellement

    Pour la première fois depuis l’apparition de l’épidémie au pays, la peste a été au centre du sujet du conseil de gouvernement hier à Mahazoarivo. Et la Commune urbaine d’Antananarivo est désignée parmi les responsables. La réplique du camp Ravalomanana ne s’est fait pas attendre.

    A l’heure où l’épidémie de la peste continue de faire des victimes dans le pays et que l’instance internationale, en l’occurrence l’ Organisation mondiale de la santé (OMS)  se fait du mouron face à la situation qualifiée de critique, les responsables, à savoir l’Exécutif et la Commune urbaine d’Antananarivo, se rejettent la faute les uns sur les autres. Décidément, il ne manquait plus que cela.

    Force est ainsi de constater que le torchon brûle de nouveau entre le régime Hery Rajaonarimampianina et la CUA de Ravalomanana. Cette fois, la pomme de discorde est loin de cette querelle de clocher en matière politique, mais de la propagation réelle de la peste dans la capitale de Madagascar.

    Hier à Mahazoarivo, le Premier ministre Olivier Mahafaly a tiré à boulets rouges sur la CUA. «Il a réitéré que les maires, notamment ceux d’Antananarivo Ville et de Toamasina, ont leur part de responsabilité par rapport à cette épidémie», rapporte le communiqué de la primature.

    Par la même occasion, le Premier ministre a fait remarquer que «ce sujet commence à basculer sur le terrain politique». Et il y a de quoi sortir de ses gonds vu que le régime a eu du mal à maîtriser la situation et à rassurer la population. D’ ailleurs, sans attendre, Marc Ravalomanana, conseiller spécial de la maire d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana, a contre-attaqué et part en croisade contre le régime.

    Tirs croisés

    Au cours d’une conférence de presse donnée hier à Faravohitra, Marc Ravalomanana a déploré «la mauvaise foi» de  la part d’Olivier Mahafaly Solonandrasana. «Cette accusation sans fondement ne m’enchante pas du tout», a-t-il pesté.

    «La CUA n’est en rien responsable de la récolte d’ordures ménagères dans la Capitale. L’Exécutif a depuis 2009 mis le Service autonome de maintenance de la ville d’ Antananarivo (Samva) sous la tutelle du ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH). Ce n’est pas pour nous défendre ni de rejeter la faute aux autres, mais rendez-nous la tutelle du  Samva et je vous garantis qu’en une semaine, Antananarivo sera propre. Des partenaires sont prêts à nous épauler et nous pourrons importer 250 bacs à ordures et une cinquantaine de camions», s’est vanté Marc Ravalomanana. Alors qui est responsable ?

    Rakoto

     

    Les commentaires sont fermées.