Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    CTD : la gestion du budget communal à améliorer

    CTD  : la gestion du budget communal  à améliorer

    L’association des maires et des communes rurales de Madagascar, regroupant les 1600 communes rurales réparties dans toute l’île, a annoncé sa participation aux deuxièmes assises de la Coopération internationale des collectivités malgaches et françaises qui se tiendront à Antananarivo du 24 au 26 octobre.

    L’amélioration de la gestion du budget des Collectivités territoriales décentralisées (CTD), à travers le renforcement de capacités des élus locaux et le partage d’expériences, figure parmi les principales attentes à l’issue de cette rencontre.

    En effet, un changement est apporté sur le mode de gestion financière des CTD à partir de 2018. «Toutes les CTD doivent désormais appliquer le budget programme à partir de l’an prochain, si auparavant la gestion financière des communes se faisait à travers le budget primitif et le budget participatif. Il est évident que le concept est nouveau pour les élus. Voilà pourquoi nous nous attendons à un renforcement de capacités des responsables auprès des CTD», a avancé Noelison Rakotomalala, maire de la commune rurale d’Amparibohitra (district de Soavinandriana Itasy), lors d’une rencontre avec la presse, hier, au ministère des Affaires étrangères à Anosy.

    Partenariats

    Outre le renforcement de capacités, l’optimisation des dépenses des communes figure également parmi les sujets à discuter. «La construction d’ une maison mère des maires dans la capitale, pour éviter de lourdes dépenses aux communes à chaque déplacement des élus locaux, pourrait être réalisée à travers un partenariat avec les CTD françaises», a  poursuivi le maire de la commune d’Amparibohitra.

    Le premier accord de jumelage entre collectivités malgaches et françaises date de 1961. Ces relations se sont renforcées au cours des années 90 grâce à la Région Ile-de-France, l’ Institut régional de coopération et développement (IRCOD) d’Alsace-Lorraine et au département du Finistère. Fortes des premières assises de 2006, elles se  sont élargies avec les partenariats entre la Métropole du Grand-Lyon et la région Haute-Matsiatra, les régions Aquitaine et Itasy, Haute-Normandie et Atsinanana. Depuis 1994, on estime que 245 projets ont été portés, pour un montant moyen de décaissement annuel sur fonds propres de 7 millions d’euros en 2015.

    Riana R.

     

    Les commentaires sont fermées.