Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    L’épidémie de peste loin d’être maitrisée : l’année scolaire menacée

    L’épidémie de peste loin d’être maitrisée : l’année scolaire menacée

    La situation actuelle n’est pas encore propice à la reprise des cours dans les écoles situées dans les zones pesteuses. Le nombre des Circonscriptions scolaires (Cisco) concernées a augmenté.  Jusqu’à hier, le nombre de décès s’élève à 56 individus.

    Encore une semaine vaquée. La situation sur l’épidémie de peste ne fait qu’empirer durant la semaine d’observation appliquée par le ministère de l’Education nationale (Men) du 9 au 14 octobre, dans les zones concernées et à risque. Ainsi, à l’occasion d’une conférence de presse organisée hier à Anosy, l’on a appris que les écoles dans les zones pesteuses, notamment dans les 9 Directions régionales de l’éducation nationale (Dren),  22 Cisco et plus d’une soixantaine de Zones d’administration pédagogiques (Zap), devraient fermer leurs portes pendant la semaine du 16 octobre.

    «Comme c’était le cas la semaine dernière, toutes les écoles aussi bien publiques que privées dans la Cisco d’Antananarivo Renivohitra, Avaradrano ou encore Atsimondrano sont concernées par cette disposition», a fait savoir le directeur général de l’Education préscolaire et de l’alphabétisation (Depa), Todisoa Andriamapandry.

    Ce dernier d’ajouter toutefois que les écoles étrangères dans le pays ont le choix de suivre ou non cette disposition à condition qu’elles prennent les mesures nécessaires et tous les engagements s’y rapportant en cas de contamination de leurs élèves, enseignants ou des membres du personnel.

    Le calendrier scolaire chamboulé

    De son côté, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) adhère également à cette décision, en maintenant la suspension des cours dans les universités des zones concernées, dont Antananarivo et Mahajanga.

    En dépit des paroles rassurantes des responsables au sein du ministère de tutelle, comme quoi un retard de deux semaines n’aura pas de grave impact sur le déroulement du calendrier scolaire, vu que celui-ci dure 39 semaines cette année au lieu de 36 comme chaque année, cela ne manquera pas de chambouler l’organisation déjà en place. En l’occurrence dans les établissements privés, comme c’est le cas d’une école privée sise à Ankadifotsy ou encore à Analamahitsy qui compte annuler les vacances de la Toussaint, prévues le 27 octobre jusqu’au 6 novembre pour rattraper le temps perdu.

    Les vacances de Paques pourraeint être également abrégées au cas où l’arrêt des cours se prolonge jusqu’à la fin de ce mois, en fonction de l’évolution de la situation. Actuellement, 561 cas ont été enregistrés à travers le pays depuis le 1er août, dont 35 décès, selon les statistiques diffusées par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) avant-hier.

    Fahranarison

    Les commentaires sont fermées.