Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Viande de porc : prix en hausse sur les étals

    Viande de porc :  prix en hausse sur les étals

    Une brusque augmentation de 20 % de la viande de porc a été observée sur les étals depuis la semaine dernière, si ce prix a été plus ou moins stable depuis le début de l’année.

    Ce qui a créé la surprise auprès des ménages dans la gestion de leurs dépenses quotidiennes. Si d’habitude le prix de la viande de porc est de 10 000 ariary le kilo, celui-ci est passé à 12 000 ariary, accusant ainsi une hausse de 20 %. Les côtes et échines de porc coûtent  14 000 ariary contre 12 000 ariary auparavant. Il en est de même pour le filet de porc dont le kilo varie entre 14 000 et 14 500 ariary.

    Pénurie

    D’après un boucher, la rareté de la marchandise est une des raisons expliquant cette hausse. D’un côté, l’augmentation des prix de la provende ainsi que du son, durant les mois d’août et de septembre, a contraint beaucoup d’éleveurs à liquider leur stock et d’arrêter ainsi l’élevage de porcs. D’où la pénurie de ces derniers temps. De ce fait, les rares fermiers qui poursuivent l’activité ont donc profité pour ne céder le porc en entier aux bouchers, y compris la tête et les pieds, qu’à partir de 9 800 ariary le kilo contre 8 000 ariary auparavant.

    La viande de bœuf détient le record

    Le prix de la viande de bœuf n’est pas non plus en reste puisqu’elle a connu trois augmentations depuis le début de l’année. De 8 600 ariary le kilo au mois de janvier, celui-ci est passé à 10 000 ariary actuellement, contre 9 200 ariary le kilo le mois de juin. Soit une augmentation d’environ 20 %.

    Après la hausse du riz et des PPN, c’est un autre problème qui va encore donner le tournis aux ménages. En tout cas, la viande est devenue un produit de luxe pour la majorité des foyers depuis un certain temps.

    Sera R.

     

    Les commentaires sont fermées.