Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Jeu avec le feu

    Jeu avec le feu

    Le décès d’un ressortissant français ou encore du coach seychellois a accentué la peur déjà bien installé au sein de la population. Parce que ce sont des étrangers. Pire, des agents de santé, notamment des paramédicaux qui sont les mieux placés pour se prémunir de cette épidémie n’ont pas été épargnés mais ont été contaminés.

    Comment peut-on encore jouer aux blasés face à tout cela ? Ce qui est certain, c’est que l’heure n’est plus à la prévention car la situation est déjà entrée dans une autre dimension. Même les «vazaha» et le personnel médical n’ont pas pu éviter d’être contaminés, alors comment peut-on être sûr qu’on est à l’abri du danger ? On est en train de jouer avec le feu. Le commun des mortels craint pour sa vie et comment veut-on que la population malgache, déjà bien mal en point à cause de tout ce qu’elle vit au quotidien, ne soit pas traumatisée ? Les commentaires vont bon train sur les réseaux sociaux et dans les émissions radiophoniques.

    Effectivement, c’est le cas de le dire. Les autorités responsables sont vraiment en train de jouer avec le feu. Et, alors qu’il y a péril en la demeure, toute leur attention semble se porter en priorité ailleurs, notamment sur la révision constitutionnelle pour laquelle un débat public sera exceptionnellement organisé, nonobstant les mesures d’interdiction des réunions publiques, ou encore sur la manière de faire aboutir le plan B concocté en cas d’échec du référendum.

    Le citoyen lambda a besoin de protection face à l’insécurité grandissante. Il a besoin de solutions face à la flamblée des prix des PPN. Il a également besoin d’informations fiables et non contradictoires, sans aucune manipulation, pour pouvoir obtenir les réponses à toutes les questions qu’il se pose, mais surtout pour déterminer la meilleure conduite à tenir. Et pour cause, faire fi d’une mesure que l’on a soi-même prise ne fait que semer le trouble parmi l’opinion. Finalement, l’on ne s’étonnera même plus que la date de la rentrée effective des écoles fasse autant débat…

    Rojo N.

     

    Les commentaires sont fermées.