Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Sahondra Rabenarivo : « Les gens se détournent des élections »

    La crédibilité des élections est la première garante d’une démocratie mais, ces temps-ci, à chaque consultation populaire, l’affluence n’est plus au rendez-vous. Et pour cause, les tripatouillages et les manipulations des règles du jeu font que les citoyens n’y croient plus à cette démarche. C’est l’analyse de la juriste Sahondra Rabenarivo, hier, sur les ondes de la radio «Alliance 92FM». «A travers l’histoire, ce qu’on trouve à Madagascar, c’est que les gens se détournent de plus en plus des élections. Le taux de participation diminue alors que le nombre d’électeurs augmente», a-t-elle avancé. D’après son analyse, cela est dû au fait que la population ne croit plus aux élections. «Et à chaque fois, on fait face à des crises postélectorales», a-t-elle ajouté.

    Pour étayer son analyse, la juriste estime que c’est aussi le résultat de la politique de l’opacité menée par les acteurs politiques, notamment les dirigeants. «Il n’y a aucune clarté (…). A un an des élections, on ne connaît ni les dates, ni les règles du jeu», a-t-elle expliqué. Sahondra Rabenarivo estime par ailleurs que, pour obtenir des consultations populaires crédibles, la première chose à faire serait d’abandonner cette idée de révision constitutionnelle et de trouver le meilleur moyen pour respecter le délai de 30 à 60 jours. «C’est ce qui est prévu par notre Constitution depuis 1960 et ce n’est pas le moment, à l’âge du numérique où nous pouvons nous procurer des véhicules tout terrain, de créer la polémique à ce sujet. Trouvons des solutions aux problèmes au lieu de les utiliser comme un prétexte pour changer de Constitution et on ne sait même pas de quelle manière et qu’est-ce qu’ils (les pro-régimes, ndlr) proposent exactement», note cette membre de l’Observatoire de la vie pub-lique à Madagascar (Sefafi).

    J.P

     

    Les commentaires sont fermées.