Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Affaires classées

    Affaires classées

    Qui était l’initiateur de la vente du terrain où se trouve la fameuse «Villa Elisabeth» du Prof ? Voilà une autre question qui s’ajoute à une longue liste d’interrogations à laquelle plus d’un attendra des réponses claires dans les jours à venir. Certes, la presse en parlera déjà depuis quelques jours, le temps que les divers camps qui s’opposent montent au filet. Cependant, dès que la tension s’estompe, le dossier sera jeté aux oubliettes, comme si cela ne s’est jamais produit.

    Cette affaire met d’ailleurs en évidence l’existence de transactions douteuses sur des terrains appartenant à l’Etat depuis la nuit des temps. Plus encore, récemment, des domaines censés appartenant à tel ou tel ministère, deviennent des propriétés privées, du jour au lendemain. Sur ce, il ne faut pas aller bien loin, il suffit juste de jeter un coup d’œil aux alentours de l’Université d’Antananarivo pour le constater, avec des bâtiments qui n’ont rien à voir avec l’enseignement supérieur.

    N’en parlons même plus des propriétés de l’Education nationale ou encore de la défense nationale. Sans oublier que des anciens responsables étatiques squattent le bâtiment de fonction alors qu’ils ne sont plus aux manettes.

    C’est dire que le laisser-aller dans la gestion du patrimoine de l’Etat reflète, à plus d’un titre, l’état de notre société. Ceux qui sont au pouvoir font tout pour amasser des fortunes au risque d’appauvrir l’Etat lui-même et que leurs successeurs, en faisant de même, n’ont pas intérêt  à dévoiler toute la vérité.

    Sur ce point, il est navrant de constater que, en dépit d’un tapage médiatique, l’affaire de la vente du terrain où se situe la «Villa Elizabeth» risque encore une fois de finir au fond du tiroir et devenir une autre affaire classée.

    Rakoto

     

    Les commentaires sont fermées.