Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Franck Ramarosaona : « la HCC doit réagir rapidement »

    Franck Ramarosaona  : « la HCC doit réagir rapidement »

    L’examen de lois électorales à l’origine de la tension politique actuelle prend du temps. A l’instar des observateurs avertis, Franck Ramarosaona estime toutefois que la HCC devrait clarifier rapidement ses intentions.

    «Il faut qu’elle (la HCC, ndlr) se décide,  tout au moins en cette fin de semaine, pour que les jeux soient clairs (…)». C’est ce que Franck Ramarosaona a fait savoir hier lors de son intervention dans l’émission «Ambarao» sur la radio «Alliance 92 FM». L’analyste politique, directeur de publication du groupe Ultima Media, s’est prononcé par rapport à la situation politique actuelle marquée par le bras de fer entre les élus de l’opposition et le régime Rajaonarimampianina.

    Il précise d’ailleurs qu’à l’allure où s’achemine le conflit actuellement, une nouvelle crise risquera de porter un sérieux coup au sort du pays. Et pour cause,  «les enjeux ne sont plus uniquement politiques, ils sont aussi économiques», a-t-il plaidé.

    Dans cette optique, la HCC a le devoir de réagir rapidement, notamment dans le sens de l’apaisement. «Il faut que la HCC se détermine par rapport à ces lois, il faut qu’elle invalide ces lois pour que les articles de l’ancien Code électoral soit remis sur le tapis pour la tenue d’une élection anticipée à laquelle les différents acteurs politiques (dont les deux anciens Chefs de l’Etat Marc Ravalomanana et Andy Rajoelina ou encore l’actuel président) peuvent participer», a-t-il détaillé.

    Gouvernement de salut public

    L’adoption des lois électorales controversées sous la férule d’un régime incapable de résoudre les attentes de la population ont été en effet à l’origine de ce bras de fer. Cependant, le mouvement s’est mué en une demande de démission de l’Exécutif, et pour cause, les magouilles du régime ont été mises à nu. Comme c’est le cas de la corruption qui sévit au niveau de l’Assemblée nationale.

    A entendre les explications de Franck Ramarosaona afin de parvenir à des élections crédibles, inclusives et transparentes, la mise en place  d’un gouvernement de salut public pourrait être aussi une solution et ce, sans la présence des dirigeants actuels.

    «Il faut que le Président et son gouvernement partent (…)», tout en notant qu’il est illégitime que «le président reste au pouvoir car il est dans son tour d’ivoire et il ne voit plus la réalité en face, que rien ne va plus (…)». 

    Dans la réalité en effet, les gens en ont ras-le-bol de l’inflation, de l’insécurité ou encore la persistance de la pauvreté. C’est d’ailleurs pour exprimer leur frustration que de nombreux syndicats, issus du secteur public et du secteur privé, ont rejoint la place du 13 mai lors de la célébration de la fête du Travail. C’est là que réside aussi le succès populaire du mouvement pour le changement mené par les députés de l’opposition.

    Rakoto

     

    Les commentaires sont fermées.