Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Sante: la tuberculose reste un problème majeur

    Sante: la tuberculose reste un problème majeur

    La tuberculose reste un problème majeur de la santé publique à Madagascar, malgré le fait que la Grande île ne figure pas parmi les 30 pays africains à plus forte charge de cette maladie, selon le rapport mondial 2018 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

    Avec un taux d’incidence de 238 pour 100.000 habitants et un taux de 52% de couverture en termes de traitement, selon l’OMS hier, en marge de la célébration de la Journée mondiale de la tuberculose au Motel Anosy, cette maladie reste encore préoccupante dans la Grande île.

    Toujours selon l’OMS, seule la moitié des cas de tuberculose est détectée en Afrique. Et la diminution des nouveaux cas est très inférieure à la cible fixée dans les Objectifs du développement durable (ODD) et dans la stratégie de l’OMS pour éradiquer cette maladie d’ici en 2030.

    A l’échelle mondiale, sur les dix millions de personnes détectées portant cette maladie, 6,4 millions seulement ont été officiellement notifiées en 2017. Ce qui signifie qu’aucun diagnostic n’a été effectué sur les 3,6 millions personnes restantes.

    80, 90, sans

    La stratégie nationale de lutte contre la tuberculose d’ici en 2020 opte pour le système 80, 90, sans. En un mot il s’agit de réduire à 80% les nouveaux cas, de guérir totalement les  90% des cas détectés et sans aucun impact sur le revenu familial.

    Madagascar a célébré la Journée mondiale de la tuberculose, placée sous le thème «Avis de recherche : Chefs de file pour un monde exempt de tuberculose». Conjointement à cette célébration, on a procédé au lancement officiel du financement NMF2/Tuberculose.

    Une menace silencieuse dans les prisons

    La tuberculose est une menace silencieuse dans les prisons. Les conditions actuelles de détention favorisent la transmission de cette maladie. On peut citer ici, entre autres, la surpopulation pénale, les conditions d’hygiène et surtout la sous-alimentation.

    Tous ces facteurs font que cette maladie constitue un risque, non seulement pour les autres détenus, mais également pour le personnel pénitentiaire et les familles qui rendent visite. En effet, la tuberculose fait partie des maladies contagieuses qui se transmettent d’un individu à l’autre par voie orale.

    Sera R.

     

    Les commentaires sont fermées.