Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    La gueule enfarinée

    La gueule enfarinée

    Il ne faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages. Se croire être encore la tête brûlée, le soi-disant trop important, plus fins que les autres, celui à qui on faisait appel pour foncer tête baissée dans un mur, à ses risques et périls, est une culture politique qui date d’une autre époque, bien révolue.

    Dans un contexte de défiance vis-à-vis des ennemis des élections, ceux qui ne jouent pas l’apaisement démocratique, au contraire ne cachent pas leur intention manifeste de créer le désordre, voire le K.O au détriment du processus électoral et de l’Etat de droit, la loi ne fait pas d’état d’âme. La ligne rouge est franchie. Laisser faire sans réagir conformément à la Constitution en cette période cruciale dans l’histoire du pays, remet en cause la notoriété de l’Etat.

    Après une première tentative ratée de faire obstacle ridiculement au processus électoral, Pety Rakotoniaina veut encore à tout prix allumer le pétard mouillé. Diviser pour régner sans tenir compte de la voix du peuple, prêt à refonder le pays dans les urnes, pourrait être la définition contemporaine du terme « sécession » qui implique le plus souvent une « guerre » en faisant référence à l’histoire.

    Se servir de la liberté d’opinion et de l’expression comme bouclier de dénigrement sans retenue et d’incitation à la rébellion ainsi qu’à la révolte, n’a jamais fait partie des règles convenues. Comment peut-on accepter qu’à l’heure où le pays s’apprête à aller aux urnes et tourner les pages sombres de la pauvreté, l’insécurité, la corruption…des groupes d’individus fomentent publiquement un coup d’Etat déguisé ?

    Cette arrestation de Pety Rakotoniaina a été un message clair de l’Exécutif à l’endroit des semeurs de troubles qui ne sont jamais à court d’idée pour arriver à leur fin. Contre vents et marées et les brouillages idéologiques, le premier tour de la présidentielle aura bel et bien lieu le 7 novembre.

    JR.

     

    Les commentaires sont fermées.