Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Détention de drogue: la fille de Me Hanitra Razafimanantsoa, arrêtée à Ampitatafika

    Détention de drogue: la fille de Me Hanitra Razafimanantsoa, arrêtée à Ampitatafika

    La fille de la députée Hanitra Razafimanantsoa a été arrêtée par les éléments de la gendarmerie samedi à Ampitatafika, en possession de quelques sachets de drogue, plus précisément de chanvre indien, à la suite d’un contrôle de routine, d’après la gendarmerie.

    La Gendarmerie a interpellé une voiture sur l’axe Ampitatafika sa­medi. En fait, la femme qui n’est autre que la fille de la députée Hanitra Razafima­nan­tsoa, un des leaders du mouvement de l’opposition, «Miara-manonja», a fait obstruction au contrôle de routine.

    Ne pouvant procéder à la fouille, les éléments de la Gendarmerie ont dû l’embarquer la femme et l’emmener à la brigade au Toby Fe­noarivo Ampitatafika. Mais là encore, elle n’aurait pas voulu coopérer. Entre temps, elle a demandé d’aller aux toilettes. Un comportement qui a éveillé le soupçon du chef de la brigade qui en ouvrant soudainement la porte, l’a surpris en train de jeter la drogue. Elle a été prise en flagrant délit.

    Sur le champ, elle a été placée en détention préventive, comme les textes le stipulent. En effet, la détention et même la seule consommation de drogue justifie un mandat de dépôt.

    Sans dessous politique 

    Pour la députée concernée, cette arrestation est purement politique et qu’en aucun cas, sa fille ne prenait aucun stupéfiant et encore moins le commercialiser. Sur sa page Facebook, elle a annoncé qu’il s’agit d’un chantage pour l’obliger à se rendre auprès des forces de l’ordre, à la place de sa fille. «Ma fille a un travail et n’a pas besoin de faire du trafic de drogue», a-t-elle lancé.

    Pour la brigade, à part la possession de drogue, l’outrage à agent, sont également des charges retenues contre elle. Affaire à suivre.

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.