Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Carrière d’Andilana Avaratra: les activités d’exploitation sont « illicites », dixit Fidiniavo Ravokatra

    Carrière d’Andilana Avaratra: les activités d’exploitation sont « illicites »,  dixit Fidiniavo Ravokatra

    Le projet de fermeture d’une carrière d’exploitation de bérylium à Andilana Avaratra, au Nord d’Amparafaravola, a dégénéré en échauffourées entre les éléments des forces de l’ordre et les mineurs, samedi. Le bilan fait état d’au moins deux morts et quatre blessés. Le ministre des Mines et des ressources stratégiques (MMRS) évoque, pour sa part, le caractère « illicite » des exploitations menées sur les lieux.

    «L’exploitation des ressources minières dans une localité donnée nécessite l’obtention d’un permis minier», a souligné hier, le ministre Fidiniavo Ravokatra, par rapport à la situation qui prévaut actuel­lement dans la carrière de béryl d’Andilana, Ampara­faravola. «Eu égard aux dispositions du code minier, les activités dans cette carrière sont qualifiées d’illicites étant donné qu’aucun des ces mineurs ne possède de permis minier», a-t-il précisé.
    La décision de fermer cette mine de béryl, a été prise à la suite des affrontements entre les groupes des exploitants le 27 avril, un conflit à caractère tribal. Mais le projet de fermeture a, une fois de plus, tourné au vinaigre samedi.
    «Ces personnes ont pu continuer à exploiter cette carrière à titre provisoire, le temps de trouver une entente pour les inciter à régulariser leur situation vis-à-vis des textes en vigueur, notamment leur intégration dans le secteur formel. Mais le trouble causé par les revendications a obligé les forces de l’ordre à intervenir», a signifié ce membre du gouvernement.

    Formalisation des mineurs

    Afin de poursuivre les dialogues engagés par les autorités locales, une délégation du ministère effectuera incessamment une descente à Andilana Avaratra pour décider, après concertation, des mesures à prendre, entre autres la restauration de l’ordre public, mais surtout la formalisation de ces exploitants.
    Dans la foulée, le ministre des Mines a appelé les autorités locales à prendre leurs responsabilités. «Il n’est pas question de répression», a-t-il indiqué, tout en évoquant qu’il s’agissait de «faire respecter la loi pour que la population puisse bénéficier des avantages issues des ressources minières mais surtout pour que les exploitants puissent travailler en toute régularité et en toute quiétude».
    Du reste, l’Etat entend, selon toujours Fidiniavo Ravokatra, suivre de près les volumes des produits sortant du périmètre d’exploitation, l’identité des exploitants, le circuit du béryllium, ainsi que les ristournes et redevances y afférentes. Tout cela, afin d’assurer la traçabilité des produits miniers.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.