Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Université de Toliara: paiement de trois mois de bourses

    Université de Toliara: paiement de trois mois de bourses

    La ville de Toliara a retrouvé son calme, après trois jours de violents affrontements entre les étudiants et les forces de l’ordre. Aucune manifestation n’a eu lieu hier. D’ailleurs, trois mois de bourse sur les cinq réclamées sont maintenant en cours de paiement auprès de la Poste principale de Toliara. 

    De même à Toamasina, la Poste principale locale a procédé de­puis hier après-midi, au paiement de trois mois de bourse d’études, c’est-à-dire, les 5e, 6e et 7e mois, de sources auprès des bénéficiaires, joint au téléphone, totalisant ainsi 7 mois de bourse payés sur les 9 comptant pour l’année universitaire.
    Si on se réfère aux dires du ministre de l’Enseign­e­ment supérieur et de la recherche scientifique (Mesrs), le Pr Elia Béatrice Assoumacou, les mois de bourses restantes (8e et 9e mois) devraient être distribués d’ici la fin de l’année universitaire, probablement vers la fin du mois de juillet.

    Une trentaine d’arrestations
    De source auprès des forces de l’ordre, une trentaine de personnes ont été interpellées depuis mardi jusqu’à jeudi. Seules 12 d’entre elles sont des étudiants, si le reste a profité de la situation pour piller les quartiers. 16 personnes font encore l’objet d’une enquête, si les autres ont été déférées au parquet.
    Concernant l’état de santé de l’étudiant blessé par balle à l’abdomen et admis d’urgence à l’hôpital de Toliara pour une intervention chirurgicale, sa vie est maintenant hors de danger. Quant à l’étudiant décédé mercredi, sa dépouille se trouvait encore à la morgue hier, vu que personne n’est encore venu la réclamer. Les manifestants affirment qu’il s’agit d’un étudiant de l’ENS en économie et originaire d’Am­boa­sary, alors que les responsables de l’université disent le contraire. En tout cas, la présence massive des forces de l’ordre est toujours observée au campus universitaire de Maninday et ses périphéries.

    Sera R.

    Les commentaires sont fermées.