Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Eddy Bois de rose ne s’évade pas de l’HJRA: le chef de service et le DAT placés en garde à vue

    Eddy Bois de rose ne s’évade pas de l’HJRA: le chef de service et le DAT placés en garde à vue

    Situation tendue à l’HJRA. Soupçonnés de complicité dans une « présumée tentative d’évasion» d’Eddy Maminirina, plus connu sous le nom d’Eddy Bois de rose, hospitalisé au Centre hospitalier Joseph Ravoahangy Andrianavalona, le Pr. Auberlin Rakototiana, chef de service de la Médecine légale et le directeur technique de l’établissement, sont placés en garde à vue, à Anosy. 

    A l’heure où nous mettons sous presse, le Pr. Auberlin Rakotoniana et le docteur Jean-Marie Rasamimanana, sont encore maintenus en garde à vue. Mais à l’instant même où la nouvelle est tombée, leurs collègues, indignés et en colère, sont entrés en grève tout en réclamant la libération immédiate du chef de service et directeur technique. Cette manifestation a paralysé pendant l’HJRA pendant des heures.

    Car en vérité, cette histoire d’évasion ne tient pas débout. Eddy Bois de rose, admis dans le service urologie de l’HJRA depuis le mois de janvier, par manque de place à cause de la Covid-19, ne se fait pas la belle. D’après les informations recueillies, après contrôle inopiné, le détenu n’a pas été dans la chambre. Paniquées, les forces de l’ordre ont de suite interpellé les premiers responsables de l’hôpital. Pourtant, Eddy Bois de rose n’était pas loin, car « il s’est trouvé dans une voiture garée sur le parking de l’hôpital, pour prendre l’air », a révélé notre source.

    Réunion d’urgence à l’HJRA

    D’après toujours les informations fournies, tous les responsables au sein de l’HJRA, tiendront une réunion de crise ce jour.
    «Nous ne nous opposons pas aux procédures judiciaires. Mais comme ces deux personnes ne sont pas des criminels, elles ne méritent pas ce traitement. Eddy Maminirina est admis à l’HJRA sur réquisition judiciaire. Pour dire que le chef de service et le directeur technique n’ont pas agi de leur propre initiative», a ajouté notre source.
    Et de continuer, «même les procédures d’interpellation n’ont pas respecté les procédures légales. Vu qu’ils sont des médecins fonctionnaires, normalement les forces de l’ordre doivent demander un ordre de poursuite auprès de l’Ordre des médecins et du ministère de la Santé. Une chose qui n’a pas été faite».
    «Nous sommes des médecins, pas des gardiens de prison. C’est le travail des gardiens de prison», ont déclaré les médecins et infirmiers grévistes de l’HJRA.
    Faisant l’objet d’une arrestation spectaculaire à Ivandry, en 2019, après un mandat d’arrêt lancé par la Chaîne pénale anti-corruption, Eddy Maminirina a été placé en détention à Tsiafahy. Cette juridiction spéciale l’a poursuivi dans le cadre d’une affaire de trafic de bois de rose. L’opérateur économique a finalement écopé de cinq ans de prison ferme et d’une amende de deux milliards d’ariary tandis que certains de ses coaccusés ont été relaxés.

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.