Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Facilité élargie de crédit : le déblocage de 69 millions USD, attendu

    Facilité élargie de crédit : le déblocage de 69 millions USD, attendu

    Le Fonds monétaire international (FMI) vient d’achever une mission relative à la première revue du programme soutenu par la Facilité élargie de crédit (Fec) à Madagascar, le 25 octobre. Cette première revue devrait permettre le décaissement d’une deuxième tranche de financement de 48,88 millions de DTS (près de 69 millions de dollars) après approbation du conseil d’administration de l’institution. 

    Le FMI note une reprise progressive de la croissance à Madagascar après la crise du Covid-19. Toutefois, la pauvreté et la famine dans la Sud qui se sont aggravées durant cette crise, nécessitent une action politique forte pour stimuler des dépenses sociales.
    « Après une contraction de 7,1 % du PIB en 2020, l’économie malgache se redresse progressivement. La croissance devrait atteindre 3,5% en 2021, soutenue par les secteurs miniers, textile et des services. Les tensions sur les prix des denrées alimentaires sont réapparues, appelant à une action politique rapide pour soutenir les pauvres. L’objectif de déficit primaire intérieur de 2,5 % du PIB en 2021 devrait être atteint. La dette publique restera contenue à environ 50 % du PIB », peut-on lire dans le communiqué de fin de mission du FMI.
    Pour soutenir la reprise économique, les missionnaires du FMI et les autorités malagasy ont, entre autres, discuté de l’augmentation des recettes fiscales et douanières qui devrait permettre d’accroître l’espace budgétaire de l’Etat. La lutte contre la fraude et la poursuite des réformes déjà entamées au niveau de l’administration fiscale et douanière feront partie des mesures à prendre. Il en est de même pour la revue des régimes d’exonération fiscale coûteux, mais aussi la limite des transferts aux entreprises publiques, la maîtrise de la masse salariale et le coût des retraites.

    Réduire les risques budgétaires
    Les sujets brûlants concernant la Jirama, la compagnie Air Madagascar et le prix du carburant, sont à nouveau revenus sur le tapis. A ce sujet, la FMI en­courage la restructuration de la Jirama pour renforcer sa situation financière et permettre un meilleur service.
    A propos de la situation actuelle d’Air Madagascar, le FMI note que l’injection d’argent public vers cette société d’Etat devrait attendre la finalisation et l’approbation de son plan d’affaires. Quant au prix du carburant, un plan de mise en œuvre d’un mécanisme de tarification automatique des carburants et des filets de sécurité sociale renforcés, est actuellement en cours d’élaboration.
    En termes de bonne gouvernance, le FMI annonce qu’il attend « avec impatience » les résultats de l’audit sur les dépenses liées au Covid-19 pour cette année.

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.