Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Légitime révolte

    Légitime révolte

    Première famine causée par le réchauffement climatique. C’est la principale information que les moteurs de recherche affichent lorsqu’on tape Madagascar ces temps-ci. Sur les réseaux sociaux, comme à l’accoutumée, les partisans et les opposants au régime s’écharpent. Certains n’hésitent pas à se plaindre de la mauvaise publicité pour le pays, tandis que d’autres soutiennent que ce n’est nullement la faute des dirigeants actuels. Ce qui n’est pas, a priori, faux.

    Sans dédouaner quiconque de ce qui aurait dû être fait, bien auparavant, une grande part de responsabilité revient aux pays pollueurs, c’est-à-dire les pays où l’industrie a pris une échelle importante dans leur économie. C’est qui n’est pas encore notre cas. A l’instar de Madagascar, de nombreux « petits pays » se trouvent dans la même situation, des pays riverains de l’océan Indien comme les Maldives, Sao-Tome-et-Principe ou le Bangladesh. Certains atolls sont d’ailleurs en train de disparaitre de la surface du globe.

    Pire encore, les pays industrialisés n’ont jamais tenu leur engagement, comme d’habitude, à verser l’enveloppe en faveur des pays victimes du réchauffement, dont ils ont eux-mêmes fixé le montant. Il est donc tout à fait légitime que les pays « victimes » comme Madagascar montent au créneau durant le Sommet sur le changement climatique à Glasgow. Il est temps que chacun prenne ses responsabilités. Comme le disait le président Tshisekedi, président en exercice de l’Union africaine, « Pour un continent qui contribue à hauteur d’environ 3% aux émissions de gaz à effet de serre, l’Afrique ne peut pas être livrée à elle-même pour en gérer les effets de plus en plus néfastes ».

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.