Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Un problème de lenteur

    Un problème de lenteur

    Avant tout, ces vagues de grèves et de revendications « reconductibles » chaque année qui secouent les ministères et ternissent l’image de l’Etat, sont attribuables à la lenteur administrative dans le décaissement des salaires et des indemnités des agents publics. C’est patent. Il est temps d’apporter une importante refonte des rouages pour mieux répondre aux réalités et surtout contrôler les procédures.
    A vrai dire, plus la procédure est longue et compliquée, plus des responsables malintentionnés trouvent des failles dans les dispositifs de contrôle, laissant la porte ouverte au détournement. Et, il ne faut pas se demander pourquoi il y a cumul de sommes considérables en arriérés de salaires…L’argent est déposé sur le compte de quelqu’un d’autre qui se croyait malin au point de ne pas penser que tout détournement laisse toujours des traces.
    Là maintenant, l’Université d’Ankatso a retrouvé une certaine quiétude, après des semaines de manifestation et d’échauffourées. Le ministère de tutelle a réussi à apaiser les tensions et à convaincre le personnel administratif et technique de reprendre le travail. Toute peine mérite salaire. Et, l’année universitaire peut reprendre son cours, sans garantie toutefois qu’elle ne soit pas perturbée à nouveau. Le cas du syndicat des enseignants-chercheurs et des étudiants qui ont aussi des revendications à faire valoir, c’est une autre histoire à suivre, aux péripéties du déjà vu, sur fond de grève évidemment, le moment venu. D’ailleurs, à travers un communiqué publié récemment, les enseignants-chercheurs continuent d’interpeller l’Etat afin de prendre note de leur revendication.
    La lenteur, voire la lourdeur, administrative, est la preuve d’une défaillance de la gestion publique. Tant que la digitalisation des procédures n’est pas effective, les ministres de l’Enseignement supérieur qui vont se succéder, seront toujours confrontés à des mouvements de grève. Cette année ne fait pas exception. Le spectre d’une année blanche plane toujours.

    RA

    Les commentaires sont fermées.