Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Chronique: Non à une hausse excessive des frais de transport

    Les transporteurs de la  zone  nationale  ont à un moment donné envisagé  de réviser à la hausse les frais de  transport. D’un côté, on ne peut pas leurdonner tort dans la mesure où certains postes de leurs charges d’exploitation ont certainement enregistré  une hausse des  prix plus ou moins sensible. Les pièces de rechange  en font assurément  partie.

    De plus, avec l’état actuel dans lequel se trouvent certaines tronçons de nos routes nationales, les trajets dureront  plus longtemps, autrement dit  une consommation plus  importante de carburants, donc plus de dépenses. Et la pluie  qui  commence à pointer son nez n’est pas de  nature  à améliorer les conditions  de voyage.

    Mais de l’autre côté, même si on accepte l’idée d’une hausse des frais de  transport sur la zone nationale, il faut que cette hausse reste dans les limites du raisonnable. Mais quelles sont ces limites ? Avant toute chose, si cette hausse atteint une majoration  de  50%  par rapport aux frais de transport appliqués actuellement, comme l’ont  avancé certains médias, elle sera excessive.

    Mais le hic dans cette histoire de révision des frais de  transport, c’est que le pouvoir d’achat  des Malgaches n’a pas  enregistré une amélioration depuis un certain temps. Le transport  aérien étant encore inaccessible pour une très grande  partie de la population et  le transport maritime  quasiment  inexistant,  il ne reste plus que le transport terrestre. C’est ce qui a bien pu dicter la décision des transporteurs car il n’y a pas d’autres alternatives pour les voyageurs.

    Toutefois, cette décision pourrait avoir  un effet pervers car elle se retournera contre les transporteurs eux-mêmes. Effectivement, avec une hausse vertigineuse des frais de transport  sur la zone nationale, les Malgaches n’auront d’autre choix que de moins voyager. Tout au moins, ils ne le feront qu’encas  de nécessité absolue. Il ne  reste plus à espérer que la hausse envisagée  par les transporteurs compensera le manque à gagner  au niveau du nombre de voyageurs.

    Les transporteurs ne doivent pas oublier que leurs velléités d’augmenter les  frais de transport doivent toujours s’accompagner d’une  amélioration de  la  qualité de leurs services et prestations notamment en termes de  confort, de  ponctualité…

    Mais en seront-ils capable ? Il est difficile de  croire  que les  améliorations que  vont  apporter  les  transporteurs au niveau  de leurs  services et prestations respectifs seront équivalentes à la hauteur de la hausse des frais de transport.

    Et si par malheur, l’épidémie de coronavirus se trouvait amplifiée et que les autorités soient de nouveau  amenées à interdire les déplacements  interrégionaux, ces  transporteurs n’auront plus que leurs yeux pour pleurer.

    Aimé Andrianina

    Les commentaires sont fermées.