Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Chronique: Pour une société sans armes à feu

    L’insécurité règne toujours partout dans le pays, que ce soit dans les grands centres urbains ou à la campagne. Ce qu’il faut surtout retenir, c’est que trop souvent, les actes de banditisme ont été réalisés avec des armes à feu. Et c’est là la question principale : d’où viennent toutes ces  armes ?

    Bien évidemment, on parle de prolifération  des armes de  fabrication artisanale. Il faut reconnaître que les Malagasy sont assez  « talentueux » pour arriver à fabriquer une arme à feu, même rudimentaire, avec  tout ce qui leurs tombe entre  les mains. Tous reconnaissent le génie (bon ou mauvais ?) des artisans malagasy.

    On peut également considérer que les différentes troubles d’ordre politique que le pays a connu depuis les années  7O ont été, pour une très grande part,  à l’origine de la circulation  d’armes de guerre sur tout  le territoire national. Il  est certain que certaines armes n’ont pu  être récupérées étant donné que ceux qui  les  détenaient avaient oublié, volontairement ou non, de les rendre à l’armurerie  d’où elles étaient sorties.

    Par ailleurs, il existe des suspicions selon lesquelles les armes utilisées par les malfrats dans l’accomplissement  de leurs méfaits proviendraient de  certains membres des forces de l’ordre  qui louent  leurs armes contre des sommes bien rondelettes. Mais il s’agit là encore de simple suspicion vu qu’aucun cas concret n’a été porté à la connaissance  du public.

    Enfin, on ne peut pas  manquer de considérer que le trafic  d’armes en provenance de l’extérieur existe bel  et bien à Madagascar. Cela peut être les faits d’organisations criminelles ou de simples individus. D’aucuns ignorent que le trafic d’armes est l’une des activités criminelles  les plus lucratives dans  le monde au même titre que le trafic des personnes, le trafic de drogue…

    Il faut savoir que la  détention d’arme sans l’autorisation expresse des autorités est illégale. Et pourtant beaucoup d’armes circulent  encore  hors du contrôle des autorités. C’est pourquoi il a été instauré l’ « amnistie des armes » (du 16 novembreau15 décembre     pour cette année).

    Au cours  de cette période, ceux qui détiennent  des armes à feu illégalement peuvent   les rendent volontairement aux autorités sans  qu’aucune poursuite  soit lancée contre eux.

    Si cette décision a été mise en place dans le but  de  réduire autant que faire se peut la circulation des armes à feu dans le pays, d’un autre côté, ne peut-on pas en  déduire que c’est un aveu  d’impuissance  des responsables  de la sécurité?

    En effet, en amnistiant  les  détenteurs illégaux  d’armes, ne met-on  pas  également une croix sur les méfaits qui auraient pu être réalisés avec ces armes ?

    Aimé Andrianina

    Les commentaires sont fermées.