Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Miandrivazo: 22 détenus portés disparus, dont 6 prévenus

    Miandrivazo: 22 détenus portés disparus, dont 6 prévenus

    De récentes enquêtes menées au niveau de la prison de Miandrivazo, ont permis de savoir que 22 détenus sont portés disparus. Les recherches se poursuivent tant pour les prisonniers que pour les responsables de ces disparitions. Le ministre de la Justice, Herilaza Imbiki entend suivre l’affaire jusqu’au bout.

    Le dernier rapport du 11 novembre établi dans les enquêtes fait état de 22 détenus portés disparus dans cet établissement carcéral. Voulant jouer la carte de la transparence dans cette affaire, le ministère de la Justice a fait un état de la situation à travers une rencontre avec la presse, hier à Faravohitra. Sur les 22 détenus disparus, 9 ont été condamnés à des peines de réclusion à temps, et aux travaux forcés à perpétuité. Par contre, 6 autres n’ont pas encore été jugés depuis 2019. Pour encore plus de transparence, le ministre a énuméré un par un les noms des détenus recherchés.
    Ainsi, les avis de recherches sont en cours, tout comme les enquêtes. « Le ministère prend les mesures adéquates dans cette affaire et les responsables seront sanctionnés », a déclaré Herilaza Imbiki. Le ministère procède actuellement à un grand assainissement pour une justice équitable et impartiale. « Il faut arrêter de faire sortir les détenus. Nous sommes dans un Etat de droit », a-t-il clairement précisé. Pour lui, « Pour être respecté, il faut être respectable ».

    73,5 kg d’or, Cnaps…
    Les autres grandes affaires médiatiques sont également suivies de près. Il a cité ces sujets à polémiques remuant le pays depuis un certain temps, entre autres, l’affaire Raoul Rabekoto ou encore celle des 73,5kg d’or. Les enquêtes étant toujours en cours, elles pourraient être bouclées d’ici les vacances judiciaires vers la mi-décembre sinon, seraient traitées à partir de l’année prochaine. « Bien que nous œuvrions pour l’accélération des dossiers, il vaut mieux assurer la qualité des preuves à présenter pour un meilleur procès », a expliqué le ministre. Certaines personnes sont encore recherchées tandis que d’autres ont pris la fuite à l’étranger. Les lieux d’exil restent encore à déterminer pour les deux affaires citées supra.

    T.N

    Les commentaires sont fermées.