Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Trafic de drogue dure: des centaines de kilos de cocaïne, saisis

    Trafic de drogue dure: des centaines de kilos de cocaïne, saisis

    Un peu moins de 600 kg de cocaïne de base mélangés avec du sucre. C’est la saisie record réalisée par la Section de recherches criminelles (SRC) d’Antananarivo, en collaboration avec le Groupement de gendarmerie Atsinanana. 

    L’épilogue d’une enquête de plusieurs mois a permis l’interpellation d’un seul homme pour l’instant. L’individu vient récemment d’être placé sous mandat de dépôt, si les autres considérés comme étant les têtes pensantes et les complices dans ce vaste trafic sont activement recherchés.
    L’enquête sur cette affaire a débuté au mois d’août, a indiqué le colonel Théodule Ranaivoarison, commandant de Groupement de gendarmerie Atsinanana, alors que les forces de l’ordre ont appris l’existence d’une cargaison suspecte de sucre dans la ville du Grand port.
    Après de longues investigations, les enquêteurs de la SRC et ceux de la gendarmerie de Toamasina ont fini par découvrir 18 sacs dans lesquels ont été placés la quantité de cocaïne et du sucre qui a servi à couvrir la drogue à la date du 3 novembre. La pratique d’une expertise sur les produits par la douane a confirmé qu’il s’agit en réalité de la cocaïne de base. Elle a été mélangée avec du sucre pour ne pas éveiller les soupçons.

    En transit

    Selon le Secrétaire d’Etat chargé (Seg) à la gendarmerie, le général Serge Gellé, il s’agit de drogue en transit à Madagascar et qui était destinée à être acheminée clandestinement à l’extérieur du pays. Le grand patron de la gendarmerie n’a pas manqué de faire savoir que des experts américains et français travaillent avec le pays en vue de renforcer la lutte contre le trafic de drogue dure qui a pris de l’ampleur depuis quelques années.

    Plaque tournante du trafic de drogue dans l’océan Indien
    Depuis quelques années, la Grande île est devenue la plaque tournante de trafic de drogue dure dans l’océan Indien. Les drogues en provenance des pays producteurs y sont introduites clandestinement, pour ensuite être acheminées par voie maritime dans l’océan Indien.
    A titre d’exemple, 141 kg de drogue dure ont été interceptés par la douane malagasy sur la RN2 en 2018. Les enquêtes ont révélé que cette marchandise était prévue être exportée vers l’île Maurice et La Réunion par voie maritime. Trois Mauriciens et six Malagasy ont été jetés en prisons dans cette affaire.
    En avril 2019, 41 kg d’héroïne ont été saisis à Toa­masina. Un ressortissant Sud-africain a été arrêté. Celui-ci s’avérait être un baron du trafic de drogue dure entre Tanzanie, Mada­gascar, La Réunion et Mau­rice.
    Concernant particulièrement la Grande île, elle n’est pour l’heure pas encore considérée comme un pays consommateur de drogue dure. Cependant, l’on commence à s’apercevoir dans divers quartiers, notamment de la capitale, que des petits dealers opèrent discrètement, et il s’avère également que les clients ne manquent pas.

    ATs.

    Les commentaires sont fermées.